Affichage des articles dont le libellé est sexualité. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est sexualité. Afficher tous les articles

lundi 20 avril 2015

INDEX NIETZSCHE (11/16) : LA SEXUALITÉ



INDEX NIETZSCHE (2/16) : "DIEU", LA RELIGION

Pour Nietzsche et l'amour grec, cliquez ici.

Fragments posthumes, 1872-1877,
P I 20b, été 1872 – début 1873 : [11] : "L’instant de connaissance sans discernement vaut l’instinct sexuel aveugle – signes de vulgarité ! "

U III 1, été 1875 : le plaisir sensuel inférieur est régi par la loi du changement. Cf Molière, Don Juan, acte I, scène 2 : "Tout le plaisir de l'amour est dans le changement.")

N II 1, 1876 : l’illusion de l’instinct sexuel est périodiquement incurable

U II 5c, octobre-décembre 1876 : illusion de l’instinct sexuel : filet qui, déchiré, se ravaude toujours spontanément

Mp XIV 1b, 1876-1877 : grâce à Éros, deux êtres se donnent mutuellement du plaisir : quel aspect tout différent aurait sans lui ce monde d’envie, d’angoisse et de discorde !

Humain, trop humain (1878, 1886),
III, § 141 : les chrétiens ont engendré leurs enfants avec mauvaise conscience
IV, § 212 : la satisfaction du besoin entraîne une accalmie et une dépression momentanée de l’instinct
§ 214 : les hommes ont vu une divinité dans la pulsion aphrodisiaque.

Opinions et sentences mêlées (1879, 1886),
§ 95 : les êtres d’une sexualité sublimée ont trouvé ce qu’il leur fallait dans le christianisme

Le Voyageur et son ombre (1879, 1886),
§ 5 : mensonge qui parle de la procréation comme du but véritable de toute volupté.
§ 197 : " Fines pointes et fines dentelles— La médiocre fécondité, le célibat fréquent et, d'une manière générale, la froideur sexuelle des esprits les plus hauts et les plus cultivés, tout comme des classes dont ils font partie, sont chose essentielle dans l'économie de l'humanité ; la raison reconnaît et fait usage de ce qu'à un point extrême de l'évolution intellectuelle le danger d'une descendance nerveuse est très grand : de tels êtres sont les pointes fines de l'humanité, — ils ne doivent pas se prolonger en dentelles encore plus fines. " [Spitzen und Spitzchen. — Die geringere Fruchtbarkeit, die häufige Ehelosigkeit und überhaupt die geschlechtliche Kühle der höchsten und cultivirtesten Geister, sowie der zu ihnen gehörenden Classen, ist wesentlich in der Oekonomie der Menschheit; die Vernunft erkennt und macht Gebrauch davon, dass bei einem äussersten Puncte der geistigen Entwickelung die Gefahr einer nervösenNachkommenschaft sehr gross ist: solche Menschen sind Spitzen der Menschheit, — sie dürfen nicht weiter in Spitzchen auslaufen.]


Fragments posthumes, 1879-1880,
N IV 3, juillet-août 1879 : 42[16] : "Quand on se donne pleinement à un travail physique ou intellectuel, la pulsion sexuelle est très réduite. Une activité modérée est profitable sous un seul point de vue." [Bei körperlicher oder geistiger Vollarbeit ist der Geschlechtstrieb gering. Eine mäßige Arbeitsamkeit in Einer Hinsicht förderlich.] [Cf H. C. Varey, Lehrbuch der Volkswirtschaft und Sozialwissenschaft]

N V 2, printemps 1880 : les hommes violemment sensuels n’atteignent la pleine possession de leur puissance intellectuelle que dans le reflux apaisé de leurs nerfs : cela donne à leur production son caractère mélancolique.

M II 1, printemps 1880 : La nature utilise le cerveau pour rendre une fonction plus facile au bas-ventre, et inversement.

N V 4, automne 1880 : [7] : souvent un instinct est mal compris, interprété de travers, par ex. l’instinct sexuel, la faim, l’amour de la gloire.
[53] : l’excitation sexuelle croissante entretient une tension qui se libère en un sentiment de puissance : vouloir dominer – marque des hommes les plus sensuels
[55] : Il faut séparer l’excitation aphrodisiaque des conséquences de sa satisfaction pour la propagation de l’espèce : l’expression "pulsion sexuelle" renferme un préjugé.
[57] : le plaisir ressenti à s’abandonner est peut-être féminin – et les deux sexes sont capables des deux sortes de sentiments, avec une prédilection particulière pour l’un d’eux.
[141] : l’instinct sexuel n’a aucun rapport nécessaire avec la procréation
[145] : le désir sexuel n’a rien à voir avec la propagation de l’espèce !
[155] : l’instinct sexuel fait avancer l’individuation à grands pas : important pour ma morale, car il est antisocial et nie l’égalité universelle et l’égale valeur d’homme à homme. C’est le type de la passion individuelle, c’en est le grand éducateur
[164] l’instinct sexuel écarte les hommes des autres hommes, c’est un égoïsme furieux
[394] : l’amour de Dieu pour l’homme est une divagation de la pensée d’hommes menant une existence asexuée, une telle idée ne pouvait pas effleurer le monde antique.

N V 6, fin 1880 : [8] : le tourment du désir n’a rien en soi de si terrible quand on ne le tient pas pour quelque chose de mauvais.
[242] : Platon a décrit l’instinct de connaissance comme un instinct aphrodisiaque idéalisé.
[255] : une habitude très prolongée et très stricte finirait par fourvoyer l’instinct sexuel : car il est très loin de poursuivre une finalité inconsciente en faveur de la génération.

Aurore (1881, 1887),
I, § 76 : On ne rencontre pas si souvent des dispositions aussi bienveillantes ! diabolisation chrétienne d’Éros ; importance excessive accordée à l’histoire d’amour.
II, § 109 : six méthodes pour combattre sa violence [cf les cinq moyens de Rabelais, Tiers Livre, XXXI : vin pris intempéramment - certaines drogues et plantes - labeur assidu - fervente étude - l'acte vénérien) :
Éviter les occasions, implanter la règle dans l’instinct, provoquer la satiété et le dégoût, établir une liaison avec une idée torturante, la dislocation des forces, l’affaiblissement et l’épuisement général.

Fragment posthume, 1881,
M III 1, printemps-automne 1881 : [127] : Curieuse activité de l’intellect ! sous l’impulsion sexuelle une personne en convoite une autre en tant que le moyen de se débarrasser de sa semence ou de féconder l’ovule de l’éventuelle partenaire. C’est précisément cela qu’ignore l’intellect : il se demande : pourquoi cette convoitise ?

Le Gai Savoir (1882, 1887),
I, § 14 : c’est l’amour des sexes qui se trahit le plus nettement comme impulsion à posséder un bien propre
Cupidité et injustice sauvages de l’amour sexuel

Fragments posthumes, 1881-1885,
M III 1, printemps-automne 1881 : [124] : impulsion sexuelle susceptible d’une haute sublimation par l’intellect ; Platon entend que l’amour de la connaissance et de la philosophie serait une impulsion sexuelle sublimée [Banquet, 207-212 ; en fait, une impulsion homosexuelle sublimée]

M III 5, automne 1881 : [16] : les esprits supérieurs ne sont pas assez zélés dans les choses érotiques

M III 4a, automne 1881 : [46] : L’humanité se serait éteinte, si l’impulsion sexuelle n’avait un caractère aussi aveugle, imprudent, prompt, irréfléchi. En soi sa satisfaction n’est absolument pas liée à la propagation de l’espèce. Il est si indiciblement rare que le coït réponde à l’intention de la propagation !

Z I 1, automne 1882 : [1] : 275. Le niveau et la forme de la sexualité d’un être humain pénètrent son esprit jusqu’à son sommet.

Z I 2c, automne 1885 : [1] : croyance de Platon que même la philosophie serait une manière de sublime instinct sexuel et de reproduction.

Par-delà Bien et Mal (1886),
IV "Maximes et interludes", § 75 : "Dans un être humain, le degré et la nature de la sexualité se répercutent jusque dans les plus hautes régions de l’esprit."
§ 85 : "Les mêmes passions ne manquent pas d'avoir un rythme différent chez l'homme et chez la femme : c'est pourquoi, entre eux, les malentendus n'ont pas de fin." 
§ 114 : "L'attente de l'amour charnel, l'espoir disproportionné qu'elle fait naître et la pudeur dont elle s'entoure, faussent d'avance tout l'optique des femmes."
§ 120 : "La sensualité croît souvent plus vite que l'amour, de sorte que sa racine reste faible et s'arrache facilement."
§ 131 : "Les sexes se trompent l'un sur l'autre, ce qui fait que chacun n'aime et ne respecte au fond que lui-même (ou son propre idéal, pour le dire plus courtoisement). L'homme souhaite une femme paisible ; mais la femme, comme le chat, est essentiellement le contraire, si soigneusement se fût-elle exercée à se donner l'apparence d'une paisible."
§ 141 : "C'est la partie de son corps qui est au dessous de la ceinture qui fait que l'homme [der Mensch] ne se prend pas si facilement pour un dieu."
§ 144 : "Lorsqu'une femme montre du goût pour la science c'est ordinairement le signe que quelque chose cloche dans sa sexualité. La stérilité déjà prédispose à une certaine virilité du goût ; l'homme [der Mann] est en effet, révérence parler, "l'animal infécond". —
§ 145 : "Si on compare en gros l'homme et la femme, on peut dire que la femme n'aurait pas le génie de la parure si elle ne se savait d'instinct réservée au second rôle."
§ 153 : "Ce qui est fait par amour s'accomplit toujours par-delà bien et mal [Was aus Liebe getan wird, geschicht immer jenseits von Gut und Böse]."
§ 158 : "Le christianisme donna du poison à Éros : il n'en mourut pas, mais dégénéra en vice."

V 'Contribution à l'histoire naturelle de la morale", § 189 : "c’est justement au cours de l’ère chrétienne de l'Europe, et sous la pression des jugements de valeurs du christianisme, que la pulsion sexuelle s’est sublimée en amour, en amour-passion."

La Généalogie de la morale (1887),
III, § 8 : les rapports sexuels sont nuisibles dans les états de grande tension et de grande préparation intellectuelles.

Fragments posthumes, 1887-1888,
Mp XVII 3c, été 1887 : [1] : l’aspiration à l’art et à la beauté est une aspiration indirecte aux extases de l’instinct sexuel qui les transmet au cerebrum

W II 1, automne 1887 : [102] : la pulsion sexuelle, l’ivresse, la cruauté appartiennent à la plus ancienne allégresse de la FËTE chez les hommes.

W II 2, automne 1887 : [53] : Plus naturelle est notre haute société, celle des riches, des oisifs ; on se pourchasse les uns les autres, l’amour sexuel y est une sorte de sport auquel le mariage fournit l’obstacle et l’excitant : on se divertit et on ne vit que pour le plaisir.

W II 3, novembre 1887 – mars 1888 : [35] La sexualité, l’envie de dominer, le plaisir de l’apparence et de l’imposture, la grande et joyeuse reconnaissance à l’égard de la vie et de ses situations typiques  – voilà qui est essentiel dans le culte païen et qui a pour soi la bonne conscience

W II 5, printemps 1888 : [106] : Prescriptions pour le jeune théologien
[117] : Beyle [Stendhal] et Flaubert ont recommandé la chasteté aux artistes, dans l’intérêt de leur art.
[157] : la débauche ne peut être reprochée qu’à celui qui n’y a pas droit ; et presque toutes les passions ont mauvaise réputation à cause de ceux qui ne sont pas assez forts pour les tourner à leur avantage

Fragments posthumes, octobre 1888 : [2] : C’est une seule et même énergie que l’on dépense dans la conception artistique et dans l’acte sexuel : il n’y a qu’une espèce d’énergie. Succomber en cela, se gaspiller en cela, c’est, pour un artiste, une trahison. [cité par André Gide]

W II 9c, octobre-novembre 1888 : [1] 9. : Il a fallu le christianisme pour faire de la sexualité une saleté.


L’Antéchrist (1888, 1895),
Loi …, article 4 : "Prêcher la chasteté est une incitation publique à la contre-nature.  Mépriser la vie sexuelle, la souiller par la notion d’ « impur », est le vrai péché contre l’esprit sain de la vie."

Le Crépuscule des Idoles (1889),
"Divagations d’un ‘inactuel’", § 22 : thèse de Platon : toute beauté excite à la procréation
"Ce que je dois aux Anciens", § 4 : le symbole sexuel était pour les Grecs le symbole vénérable en soi, le vrai sens caché dans toute la piété de l’Antiquité.
Le christianisme en a fait quelque chose d’impur.

Ecce Homo (1908),
"Pourquoi j'écris de si bons livres" § 5 : « A-t-on su entendre ma définition de l'amour ? C'est la seule qui soit digne d'un philosophe. L'amour — dans ses moyens, la guerre ; dans son principe, la haine mortelle des sexes ... A-t-on entendu ma réponse à la question : comment guérir, "sauver" une femme ? Lui faire un enfant. La femme a besoin d'enfants, l'homme n'est jamais qu'un moyen : ainsi parlait Zarathoustra. »

"Pourquoi je suis un destin", § 7 : on enseigne encore à ressentir la condition première de la vie, la sexualité, comme quelque chose d’impur.