Affichage des articles dont le libellé est littérature latine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est littérature latine. Afficher tous les articles

dimanche 28 août 2016

L'AMOUR DES GARÇONS (2/4) DANS LES TEXTES DE MARTIAL ET JUVÉNAL

Avant de lire entre les lignes, il faut lire les lignes (proverbe provincial)


Voir aussi : Platon, Xénophon et Aristote

Plutarque et Athénée

AUTEURS LICENCIEUX GRECS ET LATINS



MARTIAL (vers 40/102), écrivain satiriste latin,

Sources : Épigrammes, Bibliotheca Teubneriana, Collection Budé, Loeb Classical Library :

Sur les spectacles : VI : César servi par Vénus.

Épigrammes, I, xxiv : celui qui était une mariée la veille ;  xli, 13 : un vieux cinède railleur ; xcvi, 10-13 : un efféminé [molllis] qui regarde les mentules des hommes bien montés [drauci].
II, xxviii : qu'es-tu, Sextilius ? tu n'encules pas les garçons [six catégories d'impureté, d'après Ramirez, 1607 : cinaedum esse, paediconem, fututorem, irrumatorem, fellatorem, cunnilingum] ; xliii, 13 : ma main me sert de ganymède [et non de femme ; cf Arnaud de Vernioles, Affaire dePamiers ; cité par Forberg] ; xlvii, 3 : le mari n'est pas un enculeur [pedico ; commenté par J. Boswell] ; li : ton pauvre ventre assiste au banquet de ton cul ; le ventre a faim, le cul dévore [cf XI, lxxvii ; cité par Forberg] ; lxii, 4 :  pour qui t'épiles-tu le cul ? ; lxxxiv : Poeantius était efféminé [mollis] et facile ; lxxxvi, 2 : je ne lis pas à l'envers le cinède Sotade ; tu suces [fellas], c'est le vice de qui ?
III, xxxix : Lycoris aime un garçon qui ressemble au serveur d'Ilium [Ganymède] ; lxxi : le garçon a mal à la bite, et toi au cul ; je ne suis pas devin, mais ... ; lxxiii, 4-5 : je voulais te croire efféminé [mollis] mais la rumeur nie que tu soies cinède ; xcv : tu te fais enculer [pedicaris].
IV, xlii : le garçon que je demanderais ; xliii : je ne t'ai pas appelé cinède, mais cunnilingue ; lv : chanter les palestres de la libidineuse Lacédémone [cité par Montesquieu].
V, lv : le dieu brûle d'amour pour un garçon [Ganymède].
VI, xxxiii : maintenant le pédicateur Sabellus fout [en con] ; xxxvii, 5 : il n'a pas de cul, c'est quand même un cinède [cité par Forberg] ; xxxix; 12 : un visage pâle et un front de cinède ; l : courtise les cinèdes [cité par Montaigne] ; lvi, 6 : fais en sorte que l'on croit qu'on t'encule.
VII, x, 1 : Éros se fait enculer [l'abbé de Marolles traduisait : "Éros trouve bon qu'on lui fasse d'étranges choses"], Linus suce ; Olus, que t'importe ce que l'un ou l'autre fait de sa peau [cité par Montaigne] ; lviii, 1 : Galla a déjà épousé six ou sept cinèdes ; 9 : la troupe des gens austères a aussi ses cinèdes [cité par Montaigne] ; lxii : Amillus perce des grands mecs en laissant les portes ouvertes.
IX, viii, 5 : des corps immatures subissaient des outrages abominables [Domitien remit en usage la loi Scantinia] ; 9-10 : avant tu aimais des garçons et des hommes, jeunes ou vieux ; maintenant, César, ce sont des enfants qui t'aiment ; xvi : beauté d'Éarinos, échanson de Domitien ; xxvii, 10-14 : Chrestus, libéré de son pédagogue, rencontre un homme bien monté [draucus] et l'emmène pour le sucer ; xlvii : le dogme de quelle secte est-ce donc de se faire percer ? [cité par Forberg] ; lxiii, 1 : Phebus, tous les cinèdes t'invitent à dîner.
X, xl : on me disait que ma Polla voyait un cinède ; mais ce n'en est pas un.
XI, xx, 5-6 [cité par Montaigne] ; xxii, 2 : tu couches avec un ganymède nu ; 6-8 : tes doigts accélèrent la venue de la virilité et de la barbe [cité par Montaigne] ; 9-10 : la nature a divisé le mâle : un côté pour les filles, un pour les hommes [cité par Forberg] ; xliii, 1-2 : mon épouse qui m'a surpris dans un puer  me dit qu'elle aussi a un cul [réplique : de 3 à 12] ; 3-6 : c'est ce que Junon disait à Jupiter, et il n'en dormait pas moins avec Ganymède déjà grand ; Hercule posa son arc et inclina Hylas, bien que Mégara [femme d'Hercule] eût des fesses ; 7-8 [Apollon avec Hyacinthe] ; 9-10 : Achille préférait un ami à la peau douce [Homère, Iliade ; cité par A.-J. Beau] plutôt que Briséis ; 11-12 : évite donc de donner des noms masculins à tes trucs et dis-toi bien, ma femme, que tu as deux cons [épigramme imitée par Saint-Pavin] ; xlv, 8 : celui qui pédique, ou qui fout [des femmes] n’est pas si timide ; lxxvii : Vacerra s'enferme dans tous les cabinets, non pour chier, mais pour se faire inviter à dîner ; lxxviii : un mari à qui le con est étranger ; lxxxvii : tu étais pedico et ne connaissait aucune femme ; lxxxviii : Charisianus ne pouvait pédiquer car il avait le ventre relâché ; civ, 20 : Junon fut un ganymède pour Jupiter.
XII, xvi, 2 : Labienus a acheté trois cinèdes ; xlii : le barbu Callistrate épouse [nupsit] Afer comme une vierge épouserait un mari ; Rome, n'en as-tu pas assez ? Attends-tu aussi un accouchement ? [cité par John Boswell].

" Bientôt la rentrée 2: la réédition du best-seller de Thierry Fouet 
Sa traduction des Épigrammes de Martial " (Patrick Cardon, 27/8/16)




JUVÉNAL (vers 55/vers 140), auteur satirique latin,

Source : Satires, collection Classiques de Poche (Belles Lettres) ; Collection Budé des Universités de France ; Loeb Classical Library : 

Satires, I, 46-47 : spoliateurs forçant leurs pupilles à se prostituer.
II Les hypocrites :
10 : l'égout le plus remarqué parmi les cinèdes socratiques [cité par Forberg] ;
12-13 : rire du médecin quand il coupe les hémorroïdes [cité par V. Trinquier, médecin-légiste] ;
21 : ceux qui parlent de vertu en remuant les fesses [cité par Montesquieu] ;
43-47 : Laronia : réveiller les lois, évoquer avant tout la loi Scantinia ; les hommes en font plus que nous ; leur nombre les protège ; grande concorde entre les efféminés [molles ; cité par Jean de Salisbury] ;
50 : Hipso se soumet aux jeunes et pâlit de l'un et de l'autre excès [cité par R. James] ;
99 : le miroir du passif [pathicus] Othon ;
129 : un mec [vir] se donne à un autre ;
134-136 : un ami se marie [nubit] avec son fiancé dans l’intimité. Qu’il nous soit donné de vivre un peu, ces choses se feront au grand jour, publiées à l’état-civil ;
164-168 : l’arménien Zalacès, le plus ramolli [mollior] des éphèbes ; mœurs arméniennes.

IV, 106 : Rubrius, plus effronté qu'un cinède se mettant à écrire des satires.
VI, 3 ; 34-35 : pourquoi ne pas faire dormir un pusio [dérivé de puer] avec toi ? Avec un garçon, point de querelles nocturnes [cité par d'Hancarville] ; 345,3 : ignobles personnages aux allures de cinèdes ; 345,23-24 : voix efféminée ; il promène ses mains dans des fesses.
VII, 69 : si Virgile n'avait pas eu son esclave [puer]; 133 ; faire emplètes de garçons [pueros] ; 239-240 : jeux deshonnêtes [turpia] ; libertés réciproques.
VIII, 114-115 : nations [Corinthiens, Rhodiens] où les jeunes s’épilent à la résine et où les hommes ont les jambes lisses.

IX Les débauchés :
26 : Névolus fait se baisser même les hommes mariés ;
37-38 : le cinède appelle le mâle [andros ; en grec dans le texte] ;  avarice phénoménale d’un efféminé ;
42-43 : à la rencontre du repas de la veille [cf les expressions françaises pêcher la fiente à la ligne et courir la lance contre la lie de pain ;
130-134 : jamais un ami ne te manquera pour être ton patient [pathicus] ; ils y viendront toujours, de toutes parts, comme à leur rendez-vous, en voiture, en bateau, tous ceux qui se grattent la tête d'un doigt [un des signes distinctifs].


X, 53 : narguer avec le doigt du milieu [cité par Quitard] ; 196-197 : aspects différents des jeunes gens ; un tel est plus beau que tel autre ; 224 : les élèves que le maître Hamillus fait se baisser [cité par H. I. Marrou] ; 295-298 : des parents qui ont un fils bien fait sont toujours malheureux et inquiets ; il est si rare que beauté et pudeur aillent ensemble ; 304-305 : perversité prodigue du corrupteur qui tente les parents eux-mêmes.
XIII, 41-43 : riches servis à table par des jeunes aussi beaux que Ganymède.
 

Voir aussi : Platon, Xénophon et Aristote

Plutarque et Athénée

AUTEURS LICENCIEUX GRECS ET LATINS