Affichage des articles dont le libellé est Pétrone. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Pétrone. Afficher tous les articles

jeudi 10 septembre 2015

AUTEURS LICENCIEUX GRECS ET LATINS

Voir aussi mes autres pages:

Platon, Xénophon et Aristote


Martial et Juvénal

Plutarque et Athénée

AMOUR DES GARÇONS : LES ANIMAUX AUSSI ?
L'AMOUR GREC VU PAR LE DROIT ROMAIN




* * * * *

(MES NOTES DE LECTURE)


THÉOGNIS DE MÉGARE (-VIe siècle), poète grec d'esprit aristocratique,

Poèmes élégiaques, Bibliotheca Teubneriana, CUF (collection Budé), Loeb Classical Library :
I, 237-254 : célébration d'un ami à venir.


Pseudo-THÉOGNIS (-IVe siècle), poète grec,

Poèmes élégiaques, Bibliotheca Teubneriana, CUF (Budé), Loeb Classical Library :
II : vante l'amour des garçons ; Zeus et Ganymède ; la gratitude est la vertu du jeune amant ; en une femme, aucun compagnon ne peut croire.


THÉOCRITE [Θεόκριτος] (Syracuse ? vers -312/vers -250), poète grec,

Épigrammes, Collection Budé, Loeb Classical Library :
XVII : Sur une statue d'Anacréon : il faisait ses délices des jeunes gens.

Idylles, Collection Budé, Loeb Classical Library :
I : chant de Thyrsis à la mémoire de Daphnis [évoqué par Proust].
II : Les Magiciennes, 150 : soupire-t-il pour une femme ou pour un homme ?
IV : Dialogue de Battus et Corydon [Κορύδων ; nom repris par Virgile]
V : Chevrier et berger : je te pénétrais et tu geignais.
VII : Thalysies, 102 : Aratos épris d'un jeune garçon.
VIII : Chanteurs bucoliques [Ménalque, nom repris par Gide, et le beau Milon].
XII : Le bien-aimé : jeunes garçons autour du tombeau de Dioclès le philopaide à Mégare ; concours de baisers ; invocation de Ganymède [cité par Chateaubriand].
XIII : Hylas : Héraclès épris d'un garçon, le gracieux Hylas.

Papyrus Oxyrhynchus 694, Princeton
University Library, Idylle XIII

XXIII : L'Éraste, 48 : l'ami cruel ; 63 : vengeance d'Éros.
XXIX : Le paidika, 33-34 : quand tu auras une barbe, nous serons l'un pour l'autre des amis achilléens.
XXX : Le paidika, 25 : il est vain d'espérer qu'on vaincra Éros.


CALLIMAQUE DE CYRÈNE [Καλλίμαχος ὁ Κυρηναῖος], (Cyrène (Lybie actuelle) vers -310/Alexandrie ( Égypte actuelle) vers -240), poète et érudit grec,

Hymnes, épigrammes, fragments choisis, Collection Budé, Loeb Classical Library :
fr. 68 : un jeune remarqué par les amoureux ; 195 : mœurs des pédagogues.
Hymne à Apollon, 49 : son amour pour le jeune Admétos [cité par Félix Buffière].

Épigrammes [Anthologie palatine, XII] :
43 : éromène public ; tout ce qui est au peuple me dégoûte ; 118 : poussé par éros et par le vin ; 139 : amour pour Ménexène ; 150 : la maladie du philopaide [maladie d’amour] ; 230 : le beau brun Théocrite ; par le blond Ganymède, Zeus uranien, toi aussi tu as été éraste.


ANTHOLOGIE PALATINE (-IIIe/+IIe siècles)

Une page de l'Anthologie Palatine (Codex Palatinus 23),

10e siècle, Bibliothèque de l'Université de Heidelberg

Collection Budé, Loeb Classical Library :

V, Épigrammes érotiques de divers auteurs : 6 ; 8 ; 14 ; 19 : je ne suis plus paidomane ; 49 : philopaides et gynécomaniaques ; 54 ; 65 ; 78 [cité par Diogène Laërce] ; 116 ; 117 ; 122 ; 142 ; 145 : d'Asclépiade : couronnes suspendues à la porte d'un aimé ; 277 ; 278 [cf Agathias] ; 297 ; 302.

VII : 24 ; 25 ; 27 ; 29-31 ; 35 ; 99 ; 100 ; 346 ; 667-670 ; 714.

IX : 38 : par nature efféminé [malakos] ; 77 : Hêra irritée par la beauté de Ganymède. Troie a enfanté ce mâle, qui enflamme Zeus comme une torche ; 184 [cité par W. A. Percy] ; 241 : vous vouliez vous cacher car vous n'êtes pas les amants qui persuadent mais ceux qui violentent.

X : 20 ; 68 : Agathias : chez les animaux, la femelle s'accouple avec le mâle. Des hommes corrompus s'unissent entre eux.

XI : 19 ; 21 ; 22 ; 24 ; 36 ; 51 ; 52 ; 216 : de Lucilius : Kratippos le philopaide a tourné ses goûts dans une direction inverse ; 217 : un mariage n'invalide pas les soupçons ; 221 ; 224 ; 225 ; 261 : une passion contre nature l'écarte de ceux de son âge ; 272 : ils ne sont ni hommes ni femmes ; hommes pour les femmes, femmes pour les hommes [formule appliquée à César] ; 326, 339 : gestes d'embroché ; 362.

XII [quasiment en entier ; cf CALLIMAQUE, MÉLÉAGRE et STRATON] : 50 : d'Asclépiade : l'amer Éros a aiguisé ses flèches ; 75 : d'Asclépiade : si tu avais des ailes, un arc et des flèches, ce n'est pas Éros mais toi qu'on nommerait le fils de Cypris ; 105 : d'Asclépiade : Éros dans la maison de Damis ; 123 : baiser à Ménécharme après le match de boxe ; 155 [cité par Félix Buffière] ; 162 : d'Asclépiade : Philocrate et Antigène ; 163 : d’Asclépiade : Éros a découvert quelles sont les beautés à mélanger : non l’émeraude et l’or, mais Cléandre et Eubiotos ; 228 : ne pas aimer un garçon trop jeune [de moins de douze ans].

XIII : 20 : Opis pris de désir pour le beau Bryson.


MÉLÉAGRE (vers -140/-70), philosophe cynique grec d'origine syrienne,

Anthologie Palatine, Collection Budé, Loeb Classical Library :

V Épigrammes érotiques de divers auteurs : 208 : je ne suis pas paidomane ; une main lave l'autre [cf Quitard].

XI, 223 : Faborinos nique avec sa propre bouche.

XII, Muse garçonnière de Straton, 41 : je ne considère plus Théron comme beau, ni Apollodore jadis rayonnant et qui n'est aujourd'hui qu'un flambeau éteint ; 47 : Éros est un enfant qui joue aux dés ; 86 : Cypris nous enflamme pour les femmes, mais Éros régit le désir pour les mâles ; pour qui vais-je incliner ? Je suis sûr que Cypris dirait : "le fier marmot l'emporte" ; 106 : je n'ai d'yeux que pour Muiskos ; 109 : jeunes du même âge ; 125 : le doux rêve d'un garçon de dix-huit ans ; 126 : le chaud Éros a égratigné mon cœur ; quand je vois Diophante, je ne puis ni fuir ni resister ; 154 : Éros mélange la douceur et l'amertume ; 157 : Cypris est le capitaine, Éros tient le gouvernail ; le vent du désir me pousse sur une mer de garçons [image adaptée par A. Pope].


CATULLE (vers -82/ -52), poète latin mondain,

Poésies [Carmina], collection Classiques de poche, Belles Lettres, Paris ; Collection Budé ; Loeb Classical Library :

10 : 15 : préserve la pudeur de mon puer [Juventius], toi et ton pénis fatal aux bons et mauvais garçons ; 16 : je vous enculerai et vous niquerai la tête [pedicabo ego vos et irrumabo] ; Aurélius le passif [pathicus] et Furius le cinède [cité par Jeremy Bentham et S. Coote] ; 21 : Aurélius, tu veux enculer celui que j’aime [Juventius]; 24 : beau [garçon] qui n’a ni esclave ni coffre fort ; 25 : Thallus le cinède ; 29 : César appelé "cinède Romulus"et "impudique" ; 48 : trois cent mille baisers sur les yeux de Juventius ; 56 : j'ai corrigé rigidement un moutard qui donnait la saccade à une fille [cité par S. Coote] ; 57 : les passifs [pathici] Mamurra et César, cinèdes rivalisent avec les filles ; l’accord est parfait entre ces cinèdes éhontés [cité par d'Hancarville et Forberg] ; 61 : l’époux a de la peine à renoncer à ses glabres amis ; 63 [vers 63 à 67 cités par Symonds] ; 77 ; 80 : Gellius, tu engloutis la verge d’un mec bien monté ; 81 : Juventius ; 99 : baiser dérobé à Juventius [cité par S. Coote] ; 100 : douce sodalité fraternelle ; 106 : beau garçon qui désire se vendre ; 112 : Nason le pathicus a des partenaires multiples.


TIBULLE (vers -50/vers -19), poète latin,

Élégies, CUF (Budé), Loeb Classical Library :
I, iv, 1-6 : demande de conseil à Priape sur la façon d'attraper un beau garçon ; 82-83 : Marathus me fait mourir d’amour ; viii : le garçon Marathus ; ix : Marathus a un autre amoureux qui le détourne par ses cadeaux.


PÉTRONE [Petronius Arbiter] (??/66), romancier latin influencé par Varron,

Première page de l'édition de 1709 du Satyricon


Le Satyricon, Collection Budé ; Classiques de Poche (Belles Lettres, texte établi, traduit et commenté par Olivier Sers ; Loeb Classical Library ; collection Folio classique :


8 : Ascylte se voit proposer le prix du stupre ; 10 : Ascylte résolu à trouver un lit et un autre frater ; 11 : Ascylte : "tu fais de la cohabitation" ; 21 : cinède tortillant des fesses ; 23 : cinède particulièrement dépourvu d'esprit ; voluptueux cinèdes [spatalocinaedi] ; 26 : l'inverti [embasicoetas] ouvrait le cortège.

Dîner de Trimalchion (27-78) :
27 : Trimalchion s'essuie les mains aux cheveux de son esclave [cité par Baudelaire] ;
43 : il était porté sur les petits garçons [puellarius erat] ; 64 : Trimalchion se tourna vers ses délices, qu'il appelait Crésus ; 67 : une femme se plaignait des délices de son mari ; 70 : mignons [pueri] à frisettes ; 74 : Trimalchion embrasse longuement un esclave [puer] pas mal fichu ; 75 : Trimalcion fut pendant 14 ans les délices de son maître ; il n'y a pas de honte si c’est le maître qui commande.

79 : Ascylte emmène Giton dans son lit ; Ascylte : "partageons aussi le garçon [puer] " ; 80-81 : Giton choisit Ascylte pour frater ; jalousie d'Encolpe ; 83 : les étreintes de légende (Jupiter et Ganymède, Hercule et Hylas, Apollon et Hyacinthe) sont pures de rivalité ; 85-87 : l’hôte de Pergame [Bergama, Turquie actuelle] avait un fils ravissant ; plan de séduction établi par Eumolpe ; indignation feinte au sujet de l'usage des beaux [usus formosorum] ; épisodes amoureux avec l'enfant de Pergame [évoqué par La Mettrie] ; 92 : avec Eumolpe et Giton ; félicitations pour le Ganymède ; 97 : Ascylte recherche Giton ; 100 : il est fâcheux que le garçon [puer] plaise à notre hôte [Eumolpe] ; 119 : la nature se cherche et ne se trouve pas ; chacun aime les mignons [scorta], les allures efféminées et molles, les cheveux flottants ; 127 : Polyaenos a déjà un frater ; 129 : Giton à Encolpe : affection digne de la pureté socratique [socratica fide ; cf Platon, Symposium ; cité par La Mothe Le Vayer] ; 132 : Encolpe et le jeune Endymion ; leurs mains inventent tous les genres d'amour ; 140 : Eumolpe tellement chaste qu’il eût pu considèrer Encolpe comme un puer [ironie] ; Encolpe se fait manier des deux mains par Eumolpe [cité par Forberg].


STRATON [Στράτων] DE SARDES (IIe siècle), épigrammatiste grec,

La Muse garçonnière, Loeb Classical Library (Greek Anthology, vol. IV) ; traduction 1911 dans le Livre d'amour des Anciens), ; traduction 1973 (Roger Peyrefitte, Flammarion) :



XI, 19 : aime maintenant, Damocrate, car tu ne seras pas toujours avec des garçons ; 225 [cf XII, 210].
XII, 1 : j'aime les garçons et je m'unis à eux ; 4 : la seizième année est celle des dieux ; 188 : si tu considères mon baiser comme une injure, rends-le moi ; 194 : Si Zeus enlevait encore des mortels, un aigle aurait emporté mon Agrippa ; 198 : j'aime la jeunesse et ne préfère pas un garçon à un autre ; chacun a son charme ; 210 : trois sont au lit, deux actifs et deux passifs ; 242 : le lézard qui était comme un pouce rose est maintenant d'un pied de long ; 245 : nous qui sommes logiques avons un avantage sur les animaux dépourvus de raison, nous enculons ; ceux qui sont sous l'emprise des femmes sont comme des bêtes ; 258 : j'écris pour tel ou tel philopaide.


AULU-GELLE (vers 130/vers 180), érudit latin,

Nuits attiques, Collection Budé, Loeb Classical Library :
I, ix, 9 : un jeune veut étudier le Banquet de Platon pour l'orgie d'Alcibiade.
II, xviii, 3 : Phédon enfant fut contraint de se prostituer par son maître, un entremetteur.
VI, xii, 2 : tuniques à manches longues admises seulement pour les femmes ; 4 : reproche à un délicat de porter des tuniques qui couvrent ses mains ; 5 : Scipion le jeune : "Quand un homme se parfume tous les jours et fait sa toilette devant un miroir, quand on lui rase les sourcils, quand il se promène la barbe épilée et les cuisses épilées par-dessous, quand dans les banquets, comme un petit adolescent avec son amateur, il se place plus bas que lui en tunique à manches longues, quand il est non seulement porté sur le vin [vinosus], mais aussi sur les hommes [virosus], peut-on douter qu'il n'ait fait ce que font les cinèdes ?" [cité par Macrobe] ; 6 : Virgile aussi accuse les tuniques d'être efféminées, infamantes ; "et leurs tuniques ont des manches, leurs bonnets des rubans", dit-il [Énéide, IX, 614-620 ; peut-être à l'origine de l'expression de la manchette ].
XV, xii, 2 : Gaius Graccus : dans cette province, il n’y avait pas de très beaux esclaves ; 3 ; 12 ; 20 : Euripide haïssait presque toutes les femmes [cité par William Poole].
XVIII, iii : accusation d'impudicité contre Timarque [cf Eschine]
XIX, ix : vers délicieux d'Anacréon ; Éros et Bathylle.


BAUDRI DE BOURGUEIL (1046/1130), moine bénédictin,

Œuvres poétiques, Paris : Champion, 1926.
38 : tu seras un autre Orphée ; 42 ; 161 ; je n'écris pas moins pour les garçons que pour les filles ; 177 : le garçon est inconstant ; 231 : l'amour garçonnier ne m'a jamais égaré ; 250 : si tu veux être mon puer, parle plus clairement [cité par John Boswell ; traduction Tachet, 1985 : "si vous voulez être mon fils"]



ANTHOLOGIE DE PLANUDE (fin XIIIe siècle),

[Anthologie Palatine, livre XVI], Collection Budé, Loeb Classical Library :
XVI, 49 : Apollonide : beauté de Ganymède admirée dans les temps anciens ; aujourd'hui on chante la beauté de Léon, fils de Cerkaphos ; 167 : Antipater de Sidonios : sur la statue d'Éros par Praxitèle à Thespie ; 237 : Tymnes : je priapise avec tous.


lundi 20 avril 2015

INDEX NIETZSCHE (12/16) : KNABENLIEBE, PÉTRONE







Les entrées "Amour", "Grecs" et "Sexualité" du Dictionnaire Nietzsche 2017 passent complètement sous silence les réflexions de Nietzsche sur l'amour grec, notamment sous les termes Eros (27 occurrences selon la fonction search de nietzschesource.orgKnabenliebe (3), Päderast* (12), uranischen (1) et Petronius (18).


* * * * *

Fragments posthumes, 1869-1871,

P II 1b, automne 1869 : [52] : le plus haut que l’éthique consciente des Anciens ait atteint, c’est la théorie de l’amitié.
[81] : Influence des femmes. Sur l'ancienne scène anglaise c’était des garçons qui jouaient les rôles de femmes et c’est précisément cette institution pudique et morale à l’origine qui poussa la mise en scène jusqu’à l’indécence la plus outrée. [Cf Montesquieu, Voyage de Gratz à La Haye, I, vii : « À Rome, les femmes ne montent pas sur le théâtre ; ce sont des castrati habillés en femmes. Cela fait un très mauvais effet pour les mœurs : car rien (que je sache) n’inspire plus l’amour philosophique aux Romains. » André Gide cite ce passage dans le troisième dialogue de Corydon.]

P I 14b, hiver 1869-1870 - printemps 1870 : [4] : idéalisation de la pulsion sexuelle chez Platon [Banquet].

P I 15a, hiver 1869-1870 - printemps 1870 : [73] : Socrate et l’instinct.

I. Sur l’éthique
Concept de l’amitié. Pulsion sexuelle idéalisée.

U I 2b, fin 1870 - avril 1871 : 7[76] : Il faut mentionner aussi la pédérastie des Anciens comme une conséquence nécessaire de cette surcharge de la pulsion [dionysiaque]. [Auch die Päderastie der Alten ist zu erwähnen, als eine nothwendige Konsequenz jener Überladung des Triebes.]


Naissance de la tragédie, 1871,


§ 15 : Qui sont ces gens, se dit-on, sans autre titre qu'un éclat historique éphémère, des institutions ridiculement bornées, une valeur morale douteuse, et dont le nom même est employé pour désigner des vices détestables [nur eine zweifelhafte Tüchtigkeit der Sitte aufzuweisen haben und sogar mit hässlichen Lastern gekennzeichnet sind, doch die Würde und Sonderstellung unter den Völkern in Anspruch nehmen]


Fragments posthumes, 1870-1875,

U I 5a, hiver 1870-71 – automne 1872 : [73] : Φίλία et παιδεία, point de départ de Sappho : l’érotique [Erotik] en rapport avec l’éducation.

P II 8b, été 1871 - printemps 1872 : [18] : la nature grecque sait utiliser toutes les propriétés fécondes : [...] les pulsions non naturelles dans l'éducation du jeune homme par l'homme mûr.

[42] : Toute inclination, amitié, amour a en même temps quelque chose de physiologique. Nous ne savons rien du tout sur le niveau de profondeur et de hauteur qu'atteint la physis. [Alle Neigung, Freundschaft, Liebe zugleich etwas Physiologisches. Wir wissen alle nicht, wie tief und hoch die Physis reicht.]

[43] : Éros et culture des amis. [Eros und Bildung der Freunde.]

Mp XII 5, fin 1874 : [2] : le vautour parle seul et raconte : je suis le vautour de Prométhée et, par le plus étrange concours de circonstances, je suis libre depuis hier. Lorsque Zeus me donna l’ordre de dévorer le foie de Prométhée, il voulait m’éloigner parce qu’il était jaloux à cause de Ganymède.

Mp XIII 6b, mars 1875 : [52] : Il faut détourner les yeux de l’absurdité moderne et regarder en arrière – beaucoup de ce qui est repoussant dans l’Antiquité paraît alors comme d’une profonde nécessité.

[74] : Points de vue principaux sur la future mise en valeur de l’Antiquité.

1) Ce n’est pas pour les jeunes gens, parce que cela montre l’homme avec une certaine impudeur.

U II 8b, printemps-été 1875 : 5[50] : Il y a des choses que l’Antiquité enseigne, et sur lesquelles je ne voudrais pas m’exprimer ouvertement à la légère.

5[59] : Grecs et philologues

Les Grecs honorent la beauté

libre virilité

5[166] : Sur la religion

I Dans l’Antiquité, l’amour sexuel saisi par Empédocle à l’état pur.

5[172] : qui sait qu’il y a des connaissances de l’Antiquité qu’on ne peut pas communiquer aux jeunes gens ! [wer weiß, daß es Erkenntnisse des Alterthums giebt, die Jünglingen unmittheilbar sind!]

U II 8c, été ( ?) 1875 : 6 [3] : Socrate, pour l’avouer une bonne fois, m’est si proche que j’ai presque toujours un combat à livrer avec lui.


U III 1, été 1875 : 9[1] : V. L'amour.
[...] Opposition vraie pour tous les temps et pour tous les peuples de l'Aphrodite ouranienne et de l'Aphrodite pandémienne. [Gegensatz der uranischen und pandemischen Aphrodite für alle Zeiten und Völker richtig. ]
[...] L'amitié sensuelle, dans sa forme irréprochable, dont on ne connaît pratiquement aujourd'hui que la déformation. |[Die sinnliche Freundschaft in untadelhafter Gestalt, deren Verzerrung jetzt fast nur bekannt ist.]
[...] L'amour n'est pas seulement objectivé comme Aphrodite, mais aussi comme Éros : Éros n'est nullement l'idéal de l'amour de la femme pour l'homme, mais l'idéal de cette deuxième forme. Il apparaît qu'il y a une proche parenté entre le féminin et la première fleur de l'autre sexe : et toutes les fois que la différence d'âge ou de caractère produit un contraste semblable à celui de l'homme et de la femme, ce contraste peut aussi bien nourrir une expression dans la sensibilité. Dühring rappelle les amitiés de la toute première jeunesse, avec leur caractère sensuel ; la différence d’âge minime, les natures fortement différentes. D’après Dürhing, les rapports, dans un âge plus avancé, doivent être ou bien des dégénérescences d’une pulsion naturelle, ou bien le lien d’une inclination qui dure depuis la première jeunesse.
[Die Liebe nicht nur als Aphrodite, sondern auch als Eros objektivirt: Eros ist keineswegs das Ideal der Liebe des Weibes zum Manne, sondern das Ideal jener zweiten Gestalt. Es scheint die nahe Verwandtschaft des Weiblichen mit der zarten Blüthe des andern Geschlechts: und überall wo durch Alter- oder Charakterverschiedenheit ein Gegensatz besteht wie zwischen Mann und Weib, möchte er in der Empfindung auch wohl einen Ausdruck erhalten. Dühring erinnert an die Freundschaften der allerersten Jugend mit sinnlicherem Charakter; der Alters-Unterschied gering, die Naturen stark verschieden. Die Beziehungen im vorgerückten Alter sollen nach Dühring entweder Entartungen eines Naturtriebes oder das von der frühesten Jugend an gebliebene Band der Zuneigung sein.]
L'amour Érotique prouve l'exaltation du sentiment, indépendamment du but naturel. [Die Erotische Liebe beweist die Überschwänglichkeit des Gefühls unabhängig vom Naturzweck.]


Lettre à Erwin Rohde, 23 mai 1876,

" Je trouve remarquable que tu dises si peu sur les rapports pédérastiques [...] C'est sur ce fond que se sont éveillées l'idéalisation d'Éros et les sensations plus pures et plus ardentes de l'amour passion [...] transfert sur l'amour des sexes [...] L'Éros, à la meilleure époque, est l'Éros pédérastique. " [Aufgefallen ist mir, daß Du von den päderastischen Verhältnissen so wenig sagst: und doch ist das Idealisiren des Eros und das reinere und sehnsüchtigere Empfinden der Liebespassion bei den Griechen zuerst auf diesem Boden gewachsen und wie mir scheint, von da aus auf die geschlechtliche Liebe erst übertragen worden, während es ihre (der geschlechtl Liebe) zartere und höhere Entwicklung früher geradezu hinderte. Daß die Griechen der älteren Zeit die Männererziehung auf jene Passion gegründet haben und so lange sie diese ältere Erziehung hatten, von der Geschlechtsliebe im Ganzen mißgünstig gedacht haben, ist toll genug, scheint mir aber wahr zu sein. Auf Seite 70 und 71, glaubte ich, Du würdest an diese Dinge erinnern müssen. Der Eros, als πάθος der καλῶς σχολάζοντες, in der besten Zeit ist der päderastische: Die Meinung über den Eros, die Du „einigermaßen verstiegen“ nennst, nach der das Aphrodisische am Eros nicht wesentlich, sondern nur gelegentlich und accidentiell ist, die Hauptsache eben φιλία ist, kommt mir nicht so ungriechisch vor.]


Fragment posthume, 1876,
U II 5c, octobre-décembre 1876 : 19[112] : "La pédérastie grecque n'est pas contre nature, sa causa finalis étant, d'après Platon, d' engendrer de beaux discours [Platon, Banquet ou Symposium, 206b-210a]. [Die griechische Päderastie nicht unnatürlich, deren causa finalis, nach Plato, sein soll, „schöne Reden zu erzeugen“.]


Humain, trop humain, 1878,

V " Caractères de haute et basse civilisation ", § 259 "Une civilisation virile" : Les rapports érotiques entre hommes et adolescents furent, à un degré qui échappe à notre compréhension, l'unique et nécessaire condition de toute cette éducation virile [...] jamais jeunes gens ne furent sans doute traités avec autant de sollicitude, d'affection et d'absolu respect du meilleur d'eux-mêmes (virtus) qu'aux VIe et au Ve siècles [avant notre ère].


Fragment posthume, 1878,
N III 5, automne 1878 : [4] : Il y a bien des choses que l’homme fait peut ne pas cacher aux hommes comme lui : mais il songe avec douleur aux jeunes gens que sa sincérité pourrait troubler, détourner du bon chemin : et ce d’autant plus qu’ils auront été jusqu’alors habitués à écouter la parole de leur maître et guide. Alors, pour ne pas gêner leur formation, il ne lui reste plus qu’à s’éloigner d’eux à fond et avec dureté, à leur jeter à eux-mêmes les rênes de son influence sur eux. À eux de se rester fidèles contre lui. Ainsi, ils lui resteront fidèles sans le savoir.


Opinions et sentences mêlées, 1879,

§ 218. Les Grecs interprètes. : " Les Grecs facilitent à l'homme moderne la communication de bien des choses difficilement  communicables et qui font réfléchir. " [So erleichtern die Griechen dem modernen Menschen das Mittheilen von mancherlei schwer Mittheilbarem und Bedenklichem]


Le Voyageur et son ombre, 1879,

§ 225 : « La licence à Athènes.
Même quand le marché aux poissons d’Athènes eut trouvé ses penseurs, ses poètes, la licence grecque continua à garder un air plus idyllique et raffiné que n’en eurent jamais la licence romaine ou allemande. La voix claironnante de Juvénal y eût sonné creux ; un rire gentil et presque enfantin lui eût répondu. »


Aurore. Pensées sur les préjugés moraux (1881),


I, § 76 "Croire mauvais, c'est rendre mauvais" : A-t-on le droit de nommer Éros ennemi ! En fait les sensations sexuelles ont ceci de commun avec les sensations de pitié et d'adoration que grâce à elles un être humain fait du bien à un autre en éprouvant du plaisir, - on ne rencontre pas si souvent dans la nature des dispositions aussi bienveillantes !

III, § 164 : "Peut-être prématuré.
Il semble qu'actuellement, sous toutes sortes de noms erronés et trompeurs et la plupart du temps dans une grande confusion, on assiste aux premières tentatives de la part de ceux qui ne sont pas assujettis aux mœurs et aux lois régnantes pour s'organiser et se créer ainsi un droit (a) : tandis que jusqu'ici, décriés comme criminels, libres penseurs, immoralistes [Unsittliche] (b) et canailles, ils vivaient en hors-la-loi, corrompus et corrupteurs, en proie à la mauvaise conscience.
[...] Les non-conformistes qui sont si fréquemment les individus inventifs et féconds ne doivent plus être sacrifiés ; il faut même cesser de considérer comme ignominieux le fait de ne pas se conformer à la morale, en actions et en pensées ; il faut procéder à un grand nombre d'expériences nouvelles de vie et de communauté ; il faut éliminer du monde un énorme fardeau de mauvaise conscience – ces objectifs universels devraient être reconnus et poursuivis par tous les gens loyaux qui cherchent la vérité !" [Vielleicht verfrüht. — Gegenwärtig scheint es so, dass unter allerhand falschen irreführenden Namen und zumeist in grosser Unklarheit von Seiten Derer, welche sich nicht an die bestehenden Sitten und Gesetze gebunden halten, die ersten Versuche gemacht werden, sich zu organisiren und damit sich ein Recht zu schaffen: während sie bisher, als Verbrecher, Freidenker, Unsittliche, Bösewichte verschrieen, unter dem Banne der Vogelfreiheit und des schlechten Gewissens, verderbt und verderbend, lebten. […] Die Abweichenden, welche so häufig die Erfinderischen und Fruchtbaren sind, sollen nicht mehr geopfert werden; es soll nicht einmal mehr für schändlich gelten, von der Moral abzuweichen, in Thaten und Gedanken; es sollen zahlreiche neue Versuche des Lebens und der Gemeinschaft gemacht werden; es soll eine ungeheuere Last von schlechtem Gewissen aus der Welt geschafft werden, — diese allgemeinsten Ziele sollten von allen Redlichen und Wahrheitsuchenden anerkannt und gefördert werden !]

a. Allusion à la première phase de la revendication homosexuelle allemande, entre 1864 et 1880, avec K. H. Ulrichs, K. M. Benkert (créateur en 1869 du néologisme Homosexualität) et Heinrich Marx (ce dernier auteur de Urningsliebe. Die sittliche Hebung des Urningthums und die Streichung des § 175 des deutschen Strafgesetzbuchs, 1875, où il demandait le droit au mariage).
Cette revendication, qui fut formulée à l'aide des termes uraniste(Urning), troisième sexe (drittes Geschlecht, tous deux dus à Ulrichs) et homosexualité (Homosexualität, dû à Benkert), attira dès 1869 l'attention de Karl Marx et les sarcasmes de Friedrich Engels :
« C'est un bien curieux Urning [le petit livre Argonauticus d'Ulrich] que tu m'as envoyé. Ce sont là des révélations tout à fait contre nature. Les pédérastes se mettent à se compter et ils trouvent qu'ils constituent une puissance [Macht] dans l'État. Il ne manque plus que l'organisation, mais il apparaît d'après ceci qu'elle existe déjà en secret. Et comme ils comptent déjà des hommes importants dans tous les vieux, et même les nouveaux partis, de Rösing à Schweitzer, la victoire ne peut leur échapper. "Guerre aux cons, paix aux trous-decul" [en français dans le texte], dira-t-on dorénavant (1). C'est encore une chance que nous soyons personnellement trop vieux pour avoir à craindre de payer un tribut de notre corps à la victoire de ce parti. Mais la jeune génération ! Soit dit en passant, il n'y a qu'en Allemagne qu'un type pareil peut se manifester, transformer la cochonnerie en théorie, et inviter : introite [entrez, en latin] etc. Malheureusement il n'a pas encore le courage d'avouer ouvertement qu'il est comme ça, et doit toujours opérer coram publico [devant le public] en tant que "du devant", sinon "de l'intérieur du devant", comme il l'a dit une fois dans un lapsus. Mais attends seulement que le nouveau Code pénal de l'Allemagne du Nord reconnaisse les droitsdu cul [en français dans le texte], et il en sera tout autrement. Nous autres pauvres gens du devant, au goût infantile pour les femmes, nous trouverons alors dans une assez mauvaise situation. Si le Schweitzer devait avoir besoin de quelque chose, ce serait de se faire révéler, par cet étrange honnête homme, les données particulières sur les pédérastes hauts placés ; en tant que confrère cela ne devrait pas lui être difficile. »
Lettre à Karl Marx, Manchester [Angleterre], 22 juin 1869, in Marx Engels Werke, Berlin, 1965, tome 32, pages 324-325 [traduit par Cl. C. ; l’année précédente apparaissait le mot allemand Homosexualität].
1. Allusion à la formule de Nicolas de Chamfort : « Guerre aux châteaux ! Paix aux chaumières ! »
Il se trouve que Marx et Engels étaient en relations suivies avec Benkert, qu'ils considéraient comme un âne utile.
Cette revendication attira donc l’attention de Nietzsche, qui connaissait également Karl M. Benkert au moins comme traducteur, sous le pseudonyme de Kertbeny, du poète hongrois Petöfi ; voir l'entrée "Petöfi" du Dictionnaire Nietzsche 2017 (dirigé par Dorian Astor).
b. Cf Horace de Viel-Castel : « La Cour [de Napoléon III] est divisée en ce moment en moralistes et en immoralistes. Qui l’emportera ? » (Mémoires sur le règne de Napoléon III (1851-1864), tome 2, 1883, à la date du 6 février 1853). On trouve dans les écrits de Nietzsche 66 occurrences de immoralist(en), la première datant de 1879.


III, § 170 Autre perspective du sentiment. : « Qu'est-ce que notre bavardage sur les Grecs ! Que comprenons-nous donc à leur art dont l'âme est - la passion pour la beauté virile nue ! Ce n'est qu'à partir de là qu'ils ressentaient la beauté féminine. » [Cf Stendhal, « Le plaisant, c'est que nous prétendons avoir le goût grec dans les arts, manquant de la passion principale qui rendait les Grecs sensibles aux arts. » Rome, Naples et Florence, à la date du 17 mars 1817.

V, § 503 Amitié. : " Toutes les grandes vertus antiques s'appuyaient sur le fait que l'homme épaulait l'homme et qu'aucune femme n'avait le droit de prétendre constituer l'objet le plus proche, le plus haut et même l'objet unique de son amour, - comme la passion enseigne à le sentir. "


Fragments posthumes, 1880-1881,


N V 3, été 1880 : 4[72] : pour celui qui tient Éros pour autre chose qu’un démon sauvage insatiable crapuleux (pour un Anacréon), la chasteté n’aura en soi rien de particulièrement vénérable. [Wenn ein Mensch, dessen Leben voll von Ehebruch und Unzucht ist, die Keuschheit verherrlicht, so hat er allen Grund dazu: denn mit derselben wäre sein Leben viel würdiger gewesen; er kennt den Eros nicht anders als einen wilden unersättlichen wüsten Dämon. Aber für wen er etwas anderes ist (für einen Anacreon), für den wird auch die Keuschheit nichts so Verehrungswürdiges an sich sein.]

N V 4, automne 1880 : 6[138] : Celui qui pense et sent en dehors de la norme [Wer sehr abweichend denkt und empfindet, geht zu Grunde, er kann sich nicht fortpflanzen.]

N V 6, fin 1880 : 7[150] : " Tant que vous trouverez la beauté chez Apollon, vous devrez chercher la morale qui lui correspond : cette beauté ne s’accorde pas avec la morale chrétienne ! " [So lange ihr die Schönheit im Apollo findet, müßt ihr die dazu gehörige Moral suchen: jene Schönheit paßt nicht zur christlichen!]

N V 5, hiver 1880-1881 : 8[19] : Ne parler morale qu’à ceux qui se sont familiarisés avec le mode de vie d’un grand nombre d’animaux. [Nur zu solchen über Moral zu sprechen, welche sich mit der Lebensweise vieler Thiere vertraut gemacht haben.]
[26] : Naturel-antinaturel - ce n'est rien ! Les Grecs ont élevé l'amour entre individus du même sexe au plus haut degré d'idéalité ; ils déclaraient même l’amour des garçons [Knabenliebe] bon.
[109] : Mes penchants secrets qui sont après tout ceux de la nature, opposés à certaines affectations de grandeur dont il faut que je me décore, me donnent des ressources infinies pour déjouer les croyances de tout le monde (pour abuser ceux qui prétendent me connaître).

M III 1, printemps-automne 1881 : 

11[56] [So wurde die Arbeit , die Armut, der Zins , die Päderastie , zu verschiedenen Zeiten entwürdigt, zu anderen Zeiten ideal gemacht.]
11[97] : "Ce qui a favorisé le GRAND NOMBRE de libres individus chez les Grecs : le mariage non point par besoin de volupté. Exercice et développement de l’art du coït. L'amour des garçons [Knabenliebe] propre à divertir de la vénération des femmes et de leur influence amollissante et de la sorte à éviter la faiblesse, la nervosité excessive des femmes." [voir ci-dessous, W I 2, [362] ].
11[123] : Platon entend que l’amour de la connaissance et de la philosophie serait une impulsion sexuelle sublimée.
11[186] : Les législateurs de la Grèce […] favorisèrent l’amour des garçons, d’abord pour prévenir la surpopulation (laquelle engendre des foyers d’inquiétude et de misère, même au sein de la noblesse) ensuite en tant qu’idéal pédagogique propre à l’agŏn : les jeunes gens et les hommes plus âgés devaient demeurer les uns auprès des autres, ne point se séparer et maintenir les intérêts des jeunes gens – autrement l’ambition de plus âgés, isolés de la jeunesse, se fût jetée sur l’État, mais l’on ne pouvait guère s’entretenir des affaires de l’ État avec de jeunes garçons.

N V 7, automne 1881 : 12[183] : Discipline des Grecs.
Les hommes plus beaux que les femmes. [Züchtung der Griechen.
Die Männer schöner als die Frauen.]
12[220] : Je pourrais les nommer Juvenilia [œuvres de jeunesse] et Juvenalia, ce qui est assez clair je pense, mais dans une latinité qui me fait rougir. Beaucoup d’amour juvénile et de haine juvénile y figurent, de tout genre. [So weit ich etwas von meinen Zeitgenossen weiß, habe ich von Schopenhauer und Wagner den besten Gebrauch gemacht: vielleicht nicht zu ihrem Vortheil, denn ich habe sie um einen Zoll zu tief kennengelernt.
Ich könnte sie Juvenilia et Juvenalia nennen, deutlich genug wie ich meine, aber in einer Latinität, welche mich erröthen macht. Viel Jugendliebe und Jugendhaß ist darin, in allen Arten.]


Le Gai Savoir, 1882, 1887,

II, § 61 : Le sentiment de l’amitié était considéré par l'Antiquité comme le sentiment le plus élevé [das Gefühl der Freundschaft dem Alterthum als das höchste Gefühl galt]
§ 72 : "Chez les animaux, le sexe masculin est considéré comme le beau" [Bei den Thieren gilt das männliche Geschlecht als das schöne.]

IV, § 289 Aux navires ! : " La terre morale aussi est ronde ! La terre morale aussi a ses antipodes ! Les antipodes aussi ont droit à l'existence.
§ 297 Savoir contredire. : le fait de savoir contredire, le sentiment de la bonne conscience dans l'hostilité envers ce qui est habituel, traditionnel et sacré [das Widersprechen-Können, das erlangte gute Gewissen bei der Feindseligkeit gegen das Gewohnte, Ueberlieferte, Geheiligte]


Lettre à Köselitz, 1883 [4) BVN-1883,405 — Brief AN Heinrich Köselitz: 21/04/1883.Wagner ist reich an bösen Einfällen; aber was sagen Sie dazu, daß er Briefe darüber gewechselt hat (sogar mit meinen Ärzten) um seine Überzeugung auszudrücken, meine veränderte Denkweise sei die Folge unnatürlicher Ausschweifungen, mit Hindeutungen auf Päderastie. — Meine neuen Schriften werden an den Universitäten als Beweise meines allgemeinen „Verfalls“ ausgelegt; man hat eben etwas zuviel von meiner Krankheit gehört. Aber das thut mir weniger wehe, als wenn mein Freund Rohde sie als „kalt-behaglich“ empfindet und als „wahrscheinlich sehr zuträglich für die Gesundheit“. — Zuletzt: jetzt erst, nach der Veröffentlichung des Zarathustra, wird das Ärgste kommen, denn ich habe, mit meinem „heiligen Buche“, alle Religionen herausgefordert]


Fragments posthumes, 1882-1885,

N V 9a, juillet-août 1882 : [34] : que sont donc les dérèglements de toute sorte sinon la conséquence de l’insatisfaction qu’éprouvent un si grand nombre aux formes autorisées ?

Mp XVII 1a, été 1883 : 8[6] : À Athènes, les hommes étaient beaucoup plus beaux que les femmes – selon Cicéron : ce serait certainement une conséquence d’un grand effort de beauté accompli sous l’influence de la pédérastie [— In Athen waren die Männer schöner als die Frauen — nach Cicero: dies ist aber wohl eine Folge der großen Arbeit an der Schönheit, unter Einwirkung der Päderastie.].

W I 1, printemps 1884 : [374] : Dans quelle mesure l’être humain est un comédien.
Supposons que l’individu reçoive un rôle à jouer
rôle dans son rapport au sexe qu’il représente
[484] : Les chemins de la liberté
la fréquentation des parias de toute espèce (dans l’histoire et la société)

W I 2, été-automne 1884 : [362] : « En Orient et à Athènes, à sa grande époque, on enfermait les femmes, on ne voulait pas de l'imagination dépravée de la femme : c'est cela qui gâte la race, plus que le commerce physique [d’un homme] avec un homme. » [voir ci-dessus, M III 1, [397].
[397] : Virgile (trahit sua quemque voluptas) [Bucoliques, II, 65]
[427] : Pétrone : ciel très clair, air sec, mouvement presto : pas de Dieu niché dans le fumier.

N VII 1, avril-juin 1885 : 34[80] : Grossièreté et délicatesse côte à côte chez Pétrone, chez Horace aussi : c’est ce que je trouve le plus agréable. Cela appartient au goût grec.
34[90] : À l’esprit provençal, qui est resté païen, je veux dire qui n’a pas été « germanisé », on doit la spiritualisation de l’amor de l’amour sexuel tandis que l’Antiquité n’a abouti qu’à une spiritualisation de la pédérastie. [Ich bin feindselig 1) gegen die Entsinnlichung : sie stammt von den Juden, von Plato, der durch Aegypter und Pythagoreer verdorben war (und diese durch Buddhisten) Dem provençalischen Geiste, der heidnisch geblieben ist, ich meine „ nicht germanisch“, verdankt man die Vergeistigung des amor der Geschlechtsliebe: während es das Alterthum nur zu einer Vergeistigung der Päderastie gebracht hat.]
[102] : Le tempo le plus rapide que j’ai trouvé chez un écrivain, c’est chez Pétrone : il court comme un vent rapide et par suite n’est pas lascif ; il est trop gai [lustig] pour cela.

W I 6a, juin-juillet 1885 : 37[8] : [In der alten Welt nämlich herrschte in der That eine andere, eine herrschaftlichere Moral als heute; und der antike Mensch, unter dem erziehenden Banne seiner Moral, war ein stärkerer und tieferer Mensch als der Mensch von Heute: — er war bisher allein „der wohlgerathene Mensch“. Die Verführung aber, welche vom Alterthum her auf wohlgerathene, d.h. auf starke und unternehmende Seelen ausgeübt wird, ist auch heute noch die feinste und wirksamste aller antidemokratischen und antichristlichen: wie sie es schon zur Zeit der Renaissance war.]


Par-delà Bien et Mal (1886),

IV " Maximes et interludes ", § 75 : " Dans un être humain, le degré et la nature de la sexualité se répercutent jusque dans les plus hautes régions de l’esprit. "

V " Contribution à l'histoire naturelle de la morale ", § 200 : " ces êtres nés pour vaincre et pour séduire dont Alcibiade et César constituent les plus belles expressions (j’y ajouterais volontiers le premier Européen qui réponde à mon goût, le Holenstaufen Frédéric II), et parmi les artistes peut-être Léonard de Vinci. "

VI " Nous, les savants ", § 209 : " Le fervent amateur de beaux grenadiers bien bâtis qui, alors qu’il était roi de Prusse, donna naissance à un génie militaire et sceptique, et par là, au fond, à ce nouveau type allemand qui vient de s'imposer victorieusement, l’extravagant père du grand Frédéric posséda lui-même sur un point la lucidité et l'heureuse intuition du génie […] Les hommes manquaient et, pour son amer dépit, il soupçonnait son propre fils [Frédéric II] de n’être pas assez un homme. Il se trompait, mais qui ne se serait trompé à sa place ? "


La Généalogie de la morale (1887),
III, § 19 : papiers de lord Byron brûlés par Thomas Moore.


Fragments posthumes, 1886-1888,

Mp XVII 3b, fin 1886 – printemps 1887 : 7[7] : Les chevaliers à l’époque des croisades – enfants robustes [en français dans le texte]. Pour tuer et hurler, des bêtes de proie. Une fois la colère passée, ils retrouvent les larmes et se jettent gaiement au cou les uns des autres, tendrement.
7[20] : Vertu et ironie et perspicacité chez Socrate – chez Platon l’amoureux (pédéraste) [Tugend und Ironie und Scharfsinn bei Socrates — bei Plato der Verliebte (Päderast)]

W II 1, automne 1887 : 9[21] ; À l’honneur des vices
la culture grecque et la pédérastie [Päderastie]
la musique allemande et l’ivrognerie
9[44] : Ce qui n’est loisible qu’aux natures les plus fortes et les plus fécondes, pour rendre possible leur existence – oisiveté, aventure, incroyance, débauche même – tout cela, mis à la portée des natures moyennes, les ruinerait nécessairement.
9[143] : Que l’on prenne comme antidote un livre proprement païen, par exemple Pétrone, où dans le fond rien ne se fait, ne se dit, ne se veut, ne s’estime qui, selon un critère de valeur chrétien et cagot, ne soit péché, même péché mortel. Comparé à lui, le Nouveau Testament demeure le symptôme de la culture décadente et de la corruption – et c’est en tant que tel qu’il a agi, en tant que ferment de décomposition.

W II 2, automne 1887 : [69] : Qu’on lise simplement Pétrone immédiatement après le Nouveau Testament : comme l’on respire, comme l’on chasse loin de soi les miasmes de la maudite momerie !
[93] : est-ce que l’ordure antique n’a pas plus de valeur que toute cette petite sagesse prétentieuse, cette momerie chrétienne ?

W II 3 , novembre 1887 – mars 1888 : [26] : Il semble que toute grande croissance ait besoin de fumier et d’engrais […] le duc de Morny affirmait qu’un vice même pouvait servir en l’occurrence, à savoir la tribaderie. [Cf Journal des Goncourt, 17 mai 1863 : « Morny […] a émis cet axiome qu’un peu de libertinage adoucit les mœurs. Puis de là, à la grande indignation de la Princesse [Mathilde], il a commencé une apologie de la tribaderie, qui donne le goût à la femme, lui apporte son raffinement, l’accomplit. »]

W II 5, printemps 1888 : [157] ; La débauche ne peut être reprochée qu’à celui qui n’y a pas droit ; et presque toutes les passions ont mauvaise réputation à cause de ceux qui ne sont pas assez forts pour les tourner à leur avantage – [Cf Marcel Jouhandeau, « L'homosexualité n'est tolérable que dans l'exception, n'est supportable que si l'on a affaire à une âme, à un être exceptionnels. Les Grecs interdisaient l'homosexualité aux esclaves. Je souhaiterais qu'elle ne soit permise qu'aux Sages. » ("Éthique du péché", Nrf, janvier 1981)].

W II 6a, printemps 1888 : 15[44] : les blasphémateurs, les immoralistes, les indépendants de tout genre, les artistes [...] toutes les classes mal famées
15[60] : nous avons droit à toutes les choses qui étaient jusqu’à présent les plus mal famées
15[104] : Ce qu’il faut entendre par la spiritualisation des désirs de toutes sortes : la satura Menippea de Pétrone [Le Satyricon] en est un exemple classique. On la lit en parallèle avec un Père de l’Église, et on se demande où souffle l’air le plus pur …

W II 7a, printemps-été 1888 : 16[67] : le roi de Bavière, qui était connu comme pédéraste [Päderast], dit un jour à Wagner : « Ainsi vous non plus n’aimez pas les femmes ? elles sont si ennuyeuses … ». [Der König von Bayern, der ein bekannter Päderast war, sagte einmal zu Wagner: also Sie mögen die Weiber auch nicht? sie sind so langweilig…]

W II 9c, octobre-novembre 1888 : [1] : Pétrone : bonne humeur qui saute avec grâce sur toutes les animalités du monde antique, souveraine liberté devant la « morale »


Crépuscule des Idoles (1889),

Divagation d'un "inactuel", § 22 : thèse de Platon [Banquet] : action de la beauté, de la sensualité la plus extrême à la plus haute spiritualité.

§ 23 : "Platon [...] dit, avec une candeur dont seul un Grec est capable (et jamais un "chrétien") qu'il n'y aurait pas de philosophie platonicienne s'il n'y avait à Athènes de si beaux adolescents : leur vue seule peut plonger l'âme du philosophe dans un vertige érotique qui ne lui laisse de répit qu'elle n'ait semé sur un terrain d'une telle beauté la graine de toutes les grandes choses. Étrange saint, lui aussi [...] La philosophie selon Platon se définirait plutôt comme une joute érotique, développant et intériorisant l’ancienne gymnastique agonale et les conditions qu’elle présuppose ... Qu’est-il en fin de compte sorti de cette érotique philosophique de Platon ? Une nouvelle forme artistique de l’agon grec, la dialectique." [Plato [...] sagt mit einer Unschuld, zu der man Grieche sein muss und nicht „Christ“, dass es gar keine platonische Philosophie geben würde, wenn es nicht so schöne Jünglinge in Athen gäbe: deren Anblick sei es erst, was die Seele des Philosophen in einen erotischen Taumel versetze und ihr keine Ruhe lasse, bis sie den Samen aller hohen Dinge in ein so schönes Erdreich hinabgesenkt habe. Auch ein wunderlicher Heiliger! [...] Philosophie nach Art des Plato wäre eher als ein erotischer Wettbewerb zu definiren, als eine Fortbildung und Verinnerlichung der alten agonalen Gymnastik und derenVoraussetzungen… Was wuchs zuletzt aus dieser philosophischen Erotik Plato’s heraus? Eine neue Kunstform des griechischen Agon, die Dialektik.]

§ 45 : généralisons le cas du criminel : imaginons des natures à qui, pour une raison ou pour une autre, l’assentiment de la société est refusé.

§ 47 : À Athènes, du temps de Cicéron, qui en exprime son étonnement [Tusculanes, IV], les hommes et les adolescents surpassaient de loin les femmes en beauté : mais quel travail, quels efforts le sexe masculin ne s’était-il pas imposés à Athènes, depuis des siècles, au seul service de la beauté ! – Il ne faut pas ici se méprendre sur la méthode. Une simple éducation des sentiments et des pensées est presque équivalente à zéro.


L’Antéchrist (1889),
§ 8 : […] comme si, jusqu’ici, l’humilité, la chasteté, la pauvreté, la sainteté en un mot, n’avaient pas fait indiciblement plus de mal à la vie que toutes les abominations et tous les vices …

§ 46 : "j'ai, immédiatement après saint Paul, lu avec ravissement Pétrone, le plus aimable, le plus pétulant des railleurs, dont l'on pourrait dire ce que Domenico Boccacio écrivait au duc de Parme au sujet de César Borgia :  « è tutto festo » – immortellement sain, immortellement gai et accompli ..."