Affichage des articles dont le libellé est Grecs anciens. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Grecs anciens. Afficher tous les articles

samedi 21 mai 2016

L'AMOUR GREC VU PAR ARISTOPHANE

ARISTOPHANE d'Athènes (vers -450/-386), auteur de l'ancienne comédie grecque,
Collection des Universités de France (Budé), Loeb Classical Library, Oxford Classical Texts, Folio classique (Gallimard), GF (Flammarion) :

Illustration d'après un buste trouvé près de Tusculum

CES PETITS GRECS

Les Acharniens : 77-80 : À Athènes, on ne considère comme des hommes que les prostitués et les enculés [katapugonas] ; 119 : Dicéopolis traite Clisthène de "cul-rasé" ; 270 : Phalès, amateur de jeunes garçons ; 716 ; 980 : chanson d'Harmodios ; 1093 : chanson d'Harmodios le bien-aimé.

L'Assemblée des femmes, 67-68 ; 102-103 ; 112-113 : les jeunes qui se font le plus secouer sont aussi les plus habiles parleurs.

Les Cavaliers, 380-381 : anus dilaté du charcutier; 426-428 : un gars qui ne peut manquer de gouverner le peuple, car son fessier serrait de la viande [cf Sartre, L'enfance d'un chef] ; 732-740 : Démos semblable aux jeunes garçons qui ont des amants vulgaires et n'acceptent pas les honnêtes gens ; 877 : répression des prostitués, inspecteurs des culs ; 1242 : le Charcutier vendait des saucisses et se faisait baiser.

Fragments : 198, Les Convives, 5-11.

Les Grenouilles, 48 : sous-verge de Clisthène ; 50-60 : désir de Dionysos pour un homme ; 145 ; 422422-423 : le fils de Clisthène épilait son derrière.

Les Guêpes, 84 : Philoxène est un enculé [katapygon] ; 99 ; 687-688 : débauché marchant les jambes écartées, l'air efféminé ; 1069-1070 : jeunesse composée d'une foule d'enculés aux cheveux bouclés.

Lysistrata, 1091-1092 : Le Prytane : si on ne nous réconcilie pas rapidement, nous devrons baiser Clisthène ; 1112-1113 : Lysistrata : prendre les hommes quand ils sont enflammés de désir et qu'ils ne cherchent pas à se satisfaire entre eux [ironique].

Les Nuées, 670-680 : parler de Carpodos et de Cléonymos au féminin ; 686-692 : noms d'hommes qui ne sont pas masculins ; 973-980 : pudeur des garçons avec l'ancienne éducation ; 1015-1023 : la mode du jour ; vice infâme d'Antimachos ; 1072-1073 Le Raisonnement Injuste : inconvénients de la tempérance, se priver de jeunes garçons, de femmes ; 1075 : Le Raisonnement Injuste : les nécessités de la nature [cité par Dominique Fernandez] ; 1094-1100 : les plus nombreux, ce sont les enculés [euryprokton].

Les Oiseaux, 137-142 : Pisthetairos aimerait une ville où le père d'un joli garçon lui reprocherait : " tu rencontres mon fils sortant du gymnase, et tu ne l'embrasses point, tu ne lui dis rien, tu ne l'attires pas à toi, tu ne lui tâtes point les couilles, toi, un ami de la famille " ; 705-707 : beaux garçons qui cèdent à leurs amants pour des oiseaux offerts en cadeau ; 1280-1285 : hommes entichés des mœurs lacédémoniennes puis tombés dans l'excès contraire en s'entichant des oiseaux.

La Paix, 11 : matière bien travaillée d'un jeune inverti ; 762-763 : Le Coryphée : "je ne me suis pas mis à fréquenter les palestres pour séduire les garçons".*

Ploutos, 153 : les débauchés demandent de l'argent, les honnêtes un animal en cadeau.

Les Thermosphories : 35 : Euripide : tu l'as chevauché, mais tu ne le sais peut-être pas ; 50 : Le Serviteur : Agathon est sur le point ... Le Parent : de se faire enfiler ? ; 130-167 : interrogatoire de l'androgyne Agathon par Le Parent ; Agathon : Ibycos, Anacréon de Téos et Alcée vivaient en efféminés ; 200 : Agathon traité d'enculé [euryproktos].

CES PETITS GRECS