Affichage des articles dont le libellé est Daech. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Daech. Afficher tous les articles

lundi 12 décembre 2016

COMMÉMORATION MÉDÉA 2000 - 2016

Il y a bientôt seize ans, s’est produit le massacre d’une vingtaine de lycéens de Médéa (Algérie) par des islamistes. Ayons une pensée pour leur mémoire.






Il y aura 16  ans dans quelques jours, massacre d’une vingtaine de lycéens de Médéa (Algérie), assassinés dans le dortoir de l’internat de leur lycée technique par des islamistes le 16 décembre 2000.

Depuis, j’ai vainement cherché, auprès du Ministère français de l’Éducation Nationale et d’Amnesty International une réaction quelconque à ce massacre, une manifestation de solidarité avec les lycéens algériens ...

rfi, 16 décembre 2000

C'est dans la nuit de samedi à dimanche que l'Algérie a connu un autre massacre qui marquera l'histoire d'une guerre qui dure depuis 1992 et aurait déjà fait plus de 100 000 victimes. Au lycée technique de Médéa, une petite ville située à 80 kilomètres seulement au sud d'Alger, les internes gagnent leurs dortoirs, vers 21 h, pour la révision quotidienne de leurs cours. Tandis que les surveillants se retrouvent dans une salle voisine pour établir leurs rapports journaliers. Soudain une baisse de tension inquiète un garde, qui s'assure aussitôt du bon fonctionnement des disjoncteurs ; puis, rassuré, il dit aller regarder la télé dans le foyer. En fait un groupe de terroristes s'est déjà infiltré dans un des blocs de l'internat, en passant par la façade aveugle du lycée dressée en contrebas, qui longe l'oued Lahreche, non loin d'un bois connu de tous : il est devenu depuis longtemps une véritable base de repli pour un des GIA qui ont refusé l'offre d'amnistie du président Bouteflika d'il y a un an et demi. 

En quelques minutes seulement le massacre est accompli. Presque en centre-ville, pas dans un douar isolé sur les collines de Médéa. Les terroristes, portant des vestes civiles mais des pantalons militaires, ouvrent d'abord le feu dans le dortoir, puis achèvent les jeunes lycéens à la hache; tandis que la panique gagne tous les présents. « Nous ne savions plus que faire, a raconté par la suite un surveillant. Tout le monde cherchait un coin obscur pour déjouer l'attention des terroristes. Je ne sais même plus qui a mis la sirène en marche ». Selon lui, cette sirène a fait fuir le commando «ou du moins écourté leur acte sanglant ». Six ou sept minutes plus tard les services de sécurité étaient sur les lieux. Ils n'ont pu que constater le massacre : « les cadavres des internes baignaient dans le sang. La plupart s'étaient cachés sous les lits », a précisé le surveillant. Quelques heures plus tard, dix-neuf lycéens âgés de 15 à 18 ans et deux surveillants gisaient à la morgue de Médéa. D'autres, grièvement blessés, étaient soignés à l'hôpital.
Un autre ramadan dans le sang


Une autre source sur ce massacre est LEFIGARO.fr du 17 décembre 2000.

" Des lycéens massacrés dans un internat en Algérie. Un groupe armé a assassiné au moins 16 élèves et un surveillant du lycée technique de Médéa, à 80 km au sud d’Alger dans la nuit de samedi [16] à dimanche [17]. La presse rapporte d’autre part que 18 islamiques ont été abattus par les forces de sécurité lors d’une opération qui s’est déroulée de mardi à jeudi dans la région de Jijel. "

" ALGER - Les jeunes ont été tués par balles par un groupe armé qui s’était introduit vers 21H30 locales (20H30 GMT) dans l’internat du lycée technique de Médéa situé en pleine ville, selon les mêmes sources. Le groupe armé, qui appartiendrait au Groupe Armé Islamique (GIA) d’Antar Zouabri, s’est introduit dans le dortoir à la faveur de l’obscurité et a tiré sur les élèves et leurs surveillants. Selon certains témoignages, le nombre de victimes pourrait être de dix neuf lycéens et de deux surveillants. Les victimes seraient âgées de 15 à 18 ans. Il s’agit du plus important massacre de civils depuis le début du ramadan, le mois de jeûne sacré musulman qui a débuté le 27 novembre. Quelque 200 personnes ont été tuées dans des violences en Algérie depuis cette date, dont une majorité de membres des forces de sécurité et d’islamistes armés, selon un décompte établi à partir d’informations de presse.

La région de Médéa semble particulièrement touchée par les attentats des groupes armés. [...]"


Au moment où l'islam est particulièrement discuté en France avec le halal, le voile, la burka, les abattages rituels, les prières dans les rues

et surtout les derniers attentats : Charlie-Hebdo et Hypercacher, Isère, Bataclan-Paris et St Denis, Magnanville, Nice et Saint Étienne du Rouvray,

il me semble important de rappeler la réponse qu'avaient donnée les islamistes algériens à l'apport par la France de cette belle institution napoléonienne qu'est le lycée.


* * * * *

DAECH 2015, Dar al islam : " « Tout musulman qui lit la charte de la laïcité sait ce qu'elle implique comme mécréance. Lorsque tu mets ton enfant à l'école de la république, tu acceptes qu'il ingurgite cette bouillie de mécréance, corrompant ainsi sa prime nature et lui faisant emprunter les voies des gens de l'Enfer. » " La propagande de Daech s'en prend à l'école française ", Le Figaro, 2 décembre 2015.