Affichage des articles dont le libellé est Amour. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Amour. Afficher tous les articles

lundi 3 octobre 2016

VOLTAIRE : L'AMOUR SOCRATIQUE - 1/2


PRÉSENTATION


Lien vers : Texte et notes

Voir aussi : L'affaire de Lenoir et Diot.


   J'indique par (a), (b), etc. les notes de Voltaire. Les variantes par rapport au texte de 1775 sont signalées. J'ai, conformément à l’usage actuel, modernisé l’orthographe, la ponctuation et la syntaxe. Une première mouture de cette étude fut publiée dans les Cahiers GKC, édités à Lille par Patrick Cardon ; voir le n° 24, Les Infâmes sous l’Ancien Régime, février 1994, pages 79-87.


   Voltaire disputait des mœurs de Socrate. Il y a trente ans, celles de Voltaire furent l’objet d’une controverse entre l’écrivain Roger Peyrefitte (1907-2000), avec lequel j'ai correspondu efficacement, et l’historien de la littérature René Pomeau (1917-2000). Non sans raison, si l’on pense à l’ambivalence durable de Voltaire vis-à-vis des jésuites, notamment Desfontaines, Fréron et Marsy ; à son évocation attendrie de la beauté des adolescents ; à l’amitié qu’il éprouvait pour ses valets de chambre, qu’il nommait secrétaires ; à ses sentiments curieux pour le roi de Prusse Frédéric II, « aimable putain » ; à son amitié fidèle pour Thiriot, ou encore à son goût pour les épigrammes libres des Notebooks.

   Le problème méritait d’être examiné sérieusement, et non repoussé avec indignation comme le fit René Pomeau dans la par ailleurs excellente Revue d’Histoire Littéraire de la France (RHLF, n°2, mars-avril 1986, pages 235-247 ; René Pomeau y rendait compte d'un ouvrage de Roger Peyrefitte, Voltaire, sa jeunesse et son temps, Paris : Albin Michel, 1985). Mais seules les idées de Voltaire m'intéressent ici, je ne vais donc pas refaire sa biographie …  Je constate seulement qu'en 1986 on pouvait s'indigner de l'évocation de l'homosexualité de Voltaire, et qu'en août 2012 l'homme des basses œuvres Roger-Pol Droit dénonça dans Le Point l'homophobie de Voltaire ...

   Bien avant cet article du Dictionnaire …, Voltaire (1694-1778, pour rappel) formula diverses remarques sur cette question ; on les trouvera dans le Traité de Métaphysique, 1735, dont le chapitre IX contient cette phrase admirable, mais qui ne doit pas plaire aux journalistes ; « L'adultère et l'amour des garçons seront permis chez beaucoup de nations : mais vous n'en trouverez aucune dans laquelle il soit permis de manquer à sa parole ; parce que la société peut bien subsister entre des adultères et des garçons qui s'aiment, mais non pas entre des gens qui se feraient une gloire de se tromper les uns les autres. » Ce ne sont pas les propos d'un "homophobe".

   Encore dans l’Examen de Milord Bolingbroke, vers 1736, chapitres 23 et 25 ; dans l’Essai sur les mœurs, 1756, chapitre 66 et 146 ; enfin, dans Idées républicaines, 1762, § 53. Parmi les écrits postérieurs à la première publication de cet article (1764), on peut citer La Défense de mon oncle, 1767, chapitre 5, dont José-Michel Moureaux réalisa une édition critique en 1984 ; La Bible enfin expliquée, 1776, § Genèse ; le Prix de la Justice et de l’Humanité, 1777, article 19.

   Dans les Contes, les allusions amusées à la pédérastie ou à l’ambigüité des relations masculines sont nombreuses et pourraient faire l’objet d’une étude particulière ; nous n’en donnons ici que les références :
Histoire des Voyages de Scarmentado
Candide, ou l’Optimisme
Jeannot et Colin
L’Ingénu
La Princesse de Babylone
Les Lettres d’Amabed
Histoire de Jenni ou l’athée et le sage


   Dans la Correspondance, ce genre d’allusion est assez fréquent ; ainsi cette lettre à la marquise de Bernières, vers le 10 juillet 1724 :
« Je vous dirai pourquoi M. de La Trémoïlle est exilé de la Cour. C’est pour avoir mis très souvent la main dans la braguette de sa Majesté très chrétienne […] Tout cela me fait très bien augurer de M. de La Trémoïlle et je ne saurais m’empêcher d’estimer quelqu’un qui à seize ans veut besogner son roi et le gouverner. Je suis presque sûr que cela fera un très bon sujet. »
À Madame Denis, il écrivait :
« Je sais, ma chère enfant, tout ce que l’on dit de Potsdam [la Cour de Frédéric II] dans l’Europe. Les femmes surtout sont déchaïnées, comme elles l’étaient, à Montpellier, contre M. d’Assoucy [poète ayant évité de peu un procès pour sodomie, en 1654], mais tout cela ne me regarde pas [formule reprise depuis par le commentateur sportif Thierry Roland...] » (lettre du 17 novembre 1750).
Voltaire intervint en faveur de l’abbé Desfontaines auprès du Lieutenant général de police de Paris : « Je puis vous assurer qu’il est incapable du crime infâme qu’on lui attribue » (lettre du 29 mai 1725) ; mais onze ans plus tard, il rageait : « Ses mœurs et ses livres inspirent également le mépris et la haine » (lettre du 3 mars 1736). Les frères Goncourt notèrent justement à propos de Voltaire : « Ses ennemis sont des gueux, des assassins, des pédérastes. » (Journal littéraire, 15 mars 1867). Mais cela ne suffit pas à faire du philosophe un "homophobe" !


   Bien des articles du Dictionnaire philosophique (DP) ou des Questions sur l’Encyclopédie (QE) comportent des allusions à l’amour masculin :

Abus des mots (QE) : « La différence est prodigieuse entre l’amour de Tarquin et celui de Céladon, entre l’amour de David pour Jonathan, qui était plus fort que celui des femmes, et l’amour de l’abbé Desfontaines pour de petits ramoneurs de cheminée [Voir, dans la Correspondance générale, la lettre à Thieriot, du 5 juin 1738]. »

Amitié (DP, QE) : « L’amitié était un point de religion et de législation chez les Grecs. Les Thébains avaient le régiment des amants : beau régiment ! quelques uns l’ont pris pour un régiment de sodomites ; ils se trompent ; c’est prendre l’accessoire pour le principal. L’amitié chez les Grecs était prescrite par la loi et la religion. La pédérastie était malheureusement tolérée par les mœurs ; il ne faut pas imputer à la loi des abus honteux. »

Amour (QE) : « Si quelques philosophes veulent examiner à fond cette matière peu philosophique, qu’ils méditent le Banquet de Platon, dans lequel Socrate, amant honnête d’Alcibiade et d’Agathon, converse avec eux sur la métaphysique de l’amour. »

Ana, Anecdotes (QE) : « Jamais le roi Guillaume [Guillaume III d'Orange-Nassau] n’eut de maîtresse ; ce n’était pas d’une telle faiblesse qu’on l’accusait. »

Ange (DP, QE) : section III : « Les habitants de Sodome voulurent commettre le péché de pédérastie avec les anges qui allèrent chez Loth. »

Aristote (QE) : « Il fait le dénombrement de toutes les vertus, entre lesquelles il ne manque pas de placer l’amitié. Il distingue l’amitié entre les égaux, les parents, les hôtes et les amants. »

Asphalte (QE) : « La sainte Écriture parle de cinq villes englouties par le feu du ciel. [...] Il faut donc que les cinq villes, Sodome, Gomorrhe, Séboin, Adama et Segor, fussent situées sur le bord de la mer Morte. On demandera comment, dans un désert aussi inhabitable qu’il l’est aujourd’hui, et où l’on ne trouve que quelques hordes de voleurs arabes, il pouvait y avoir cinq villes assez opulentes pour être plongées dans les délices, et même dans des plaisirs infâmes qui sont le dernier effet du raffinement de la débauche attachée à la richesse : on peut répondre que le pays alors était bien meilleur. […] On fait encore une autre objection. Isaïe et Jérémie disent (Isaïe, chapitre xiii, 20 ; Jérémie, chapitre xlix, 18, et l, 40 ; note de Voltaire) que Sodome et Gomorrhe ne seront jamais rebâties ; mais Étienne le géographe parle de Sodome et de Gomorrhe sur le rivage de la mer Morte. On trouve dans l’histoire des conciles des évêques de Sodome et de Segor. On peut répondre à cette critique que Dieu mit dans ces villes rebâties des habitants moins coupables : car il n’y avait point alors d’évêques in partibus. [...] Il est bien triste pour les doctes que parmi tous les sodomistes que nous avons, il ne s’en soit pas trouvé un seul qui nous ait donné des notions de leur capitale. »

Athéisme (QE) : section première : « Le dieu que les Romains appelaient Deus optimus, maximus, très bon, très grand, n’était pas censé encourager Clodius à coucher avec la femme de César, ni César à être le giton du roi Nicomède. […] Il n’était point du tout ordonné de croire aux deux œufs de Léda, au changement de la fille d’Inachus en vache, à l’amour d’Apollon pour Hyacinthe. »

Atomes (QE) : « L’auteur des Épigrammes sur la sodomie et la bestialité [Jean-Baptiste Rousseau] devait-il écrire si magistralement et si mal sur des matières qu’il n’entendait point du tout, et accuser des philosophes d’un libertinage d’esprit qu’ils n’avaient point ? »

Auguste Octave (QE) : « Cette abominable épigramme [sur Fulvie] est un des plus forts témoignages de l’infamie des mœurs d’Auguste. Sexte Pompée lui reprocha des faiblesses infâmes : Effeminatum insectatus est. Antoine, avant le triumvirat, déclara que César, grand-oncle d’Auguste, ne l’avait adopté pour son fils que parce qu’il avait servi à ses plaisirs : adoptionem avunculi stupro meritum. Lucius César lui fit le même reproche, et prétendit même qu’il avait poussé la bassesse jusqu’à vendre son corps à Hirtius pour une somme très considérable. Son impudence alla depuis jusqu’à arracher une femme consulaire à son mari au milieu d’un souper ; il passa quelque temps avec elle dans un cabinet voisin, et la ramena ensuite à table, sans que lui, ni elle, ni son mari en rougissent. (Suétone, Octave, chapitre lxix) […] Enfin on le désigna publiquement sur le théâtre par ce fameux vers :

« Videsne ut cinaedus orbem digito temperet ? (Ibid., chapitre lxviii)
Le doigt d’un vil giton gouverne l’Univers. »

Bayle (QE) : « Et à qui l’héritier non penseur d’un père [Jean Racine] qui avait cent fois plus de goût que de philosophie adressait-il sa malheureuse épître dévote contre le vertueux Bayle ? À [Jean-Baptiste] Rousseau, à un poète qui pensait encore moins, à un homme dont le principal mérite avait consisté dans des épigrammes qui révoltent l’honnêteté la plus indulgente, à un homme qui s’était étudié à mettre en rimes riches la sodomie et la bestialité, qui traduisait tantôt un psaume et tantôt une ordure du Moyen de parvenir [de Béroalde de Verville] à qui il était égal de chanter Jésus-Christ ou Giton. Tel était l’apôtre à qui Louis Racine déférait Bayle comme un scélérat. »

Bulgares ou Boulgares (QE) : « Puisqu’on a parlé des Bulgares dans le Dictionnaire encyclopédique, quelques lecteurs seront peut-être bien aises de savoir qui étaient ces étranges gens, qui parurent si méchants qu’on les traita d’hérétiques, et dont ensuite on donna le nom en France aux non-conformistes, qui n’ont pas pour les dames toute l’attention qu’ils leur doivent ; de sorte qu’aujourd’hui on appelle ces messieurs Boulgares, en retranchant l et a. Les anciens Boulgares ne s’attendaient pas qu’un jour dans les halles de Paris, le peuple, dans la conversation familière, s’appellerait mutuellement Boulgares, en y ajoutant des épithètes qui enrichissent la langue. [...] Le mot de Boulgare, tel qu’on le prononçait, fut une injure vague et indéterminée, appliquée à quiconque avait des mœurs barbares ou corrompues. [...] Ce terme changea ensuite de signification vers les frontières de France ; il devint un terme d’amitié. Rien n’était plus commun en Flandre, il y a quarante ans, que de dire d’un jeune homme bien fait : C’est un joli boulgare ; un bon homme était un bon boulgare. »

Conciles (DP, QE) : section III : « Concile général à Vienne, en Dauphiné, en 1311, où l’on abolit l’ordre des Templiers, dont les principaux membres avaient été condamnés aux plus horribles supplices, sur les accusations les moins prouvées. En 1414, le grand concile de Constance, où l’on se contenta de démettre le pape Jean XXIII, convaincu de mille crimes, et où l’on brûla Jean Hus[s] et Jérôme de Prague, pour avoir été opiniâtres, attendu que l’opiniâtreté est un bien plus grand crime que le meurtre, le rapt, la simonie et la sodomie. »

Contradictions (QE) : section première : « On cuit en place publique ceux qui sont convaincus du péché de non-conformité, et on explique gravement dans tous les collèges la seconde églogue de Virgile, avec la déclaration d’amour de Corydon au bel Alexis : « Formosum pastor Corydon ardebat Alexin ; » et on fait remarquer aux enfants que, quoique Alexis soit blond et qu’Amyntas soit brun, cependant Amyntas pourrait bien avoir la préférence. »

Femme (QE) : « Montesquieu, dans son Esprit des lois [VII, ix], en promettant de parler de la condition des femmes dans les divers gouvernements, avance que « chez les Grecs les femmes n’étaient pas regardées comme dignes d’avoir part au véritable amour, et que l’amour n’avait chez eux qu’une forme qu’on n’ose dire. » Il cite Plutarque pour son garant. C’est une méprise qui n’est guère pardonnable qu’à un esprit tel que Montesquieu, toujours entraîné par la rapidité de ses idées, souvent incohérentes. Plutarque, dans son chapitre de l’amour, introduit plusieurs interlocuteurs ; et lui-même, sous le nom de Daphneus, réfute avec la plus grande force les discours que tient Protogènes en faveur de la débauche des garçons. »

Genèse (DP, QE) : « « Et sur le soir, les deux anges arrivèrent à Sodome, etc. »
Toute l’histoire des anges, que les Sodomites voulurent violer, est peut-être la plus extraordinaire que l’Antiquité ait rapportée. Mais il faut considérer que presque toute l’Asie croyait qu’il y avait des démons incubes et succubes ; que de plus ces deux anges étaient des créatures plus parfaites que les hommes, et qu’ils devaient être plus beaux, et allumer plus de désirs chez un peuple corrompu que des hommes ordinaires. Il se peut que ce trait d’histoire ne soit qu’une figure de rhétorique pour exprimer les horribles débordements de Sodome et de Gomorrhe. Nous ne proposons cette solution aux savants qu’avec une extrême défiance de nous-mêmes. […] Il s’est trouvé quelques savants qui ont prétendu qu’on devait retrancher des livres canoniques toutes ces choses incroyables qui scandalisent les faibles ; mais on a dit que ces savants étaient des cœurs corrompus, des hommes à brûler, et qu’il est impossible d’être honnête homme si on ne croit pas que les Sodomites voulurent violer deux anges. C’est ainsi que raisonne une espèce de monstres qui veut dominer sur les esprits. »

Ignorance (QE) : section II : « Qui es-tu, toi, animal à deux pieds, sans plumes, comme moi-même, que je vois ramper comme moi sur ce petit globe? Tu arraches comme moi quelques fruits à la boue qui est notre nourrice commune. Tu vas à la selle, et tu penses ! Tu es sujet à toutes les maladies les plus dégoûtantes, et tu as des idées métaphysiques ! J’aperçois que la nature t’a donné deux espèces de fesses par devant, et qu’elle me les a refusées ; elle t’a percé au bas de ton abdomen un si vilain trou, que tu es portée naturellement à le cacher. Tantôt ton urine, tantôt des animaux pensants sortent par ce trou ; ils nagent neuf mois dans une liqueur abominable entre cet égout et un autre cloaque, dont les immondices accumulées seraient capables d’empester la terre entière; et cependant ce sont ces deux trous qui ont produit les plus grands événements. Troie périt pour l’un ; Alexandre [le grand] et Adrien [empereur romain] ont érigé des temples à l’autre. L’âme immortelle a donc son berceau entre ces deux cloaques ! Vous me dites, madame, que cette description n’est ni dans le goût de Tibulle, ni dans celui de Quinault : d’accord, ma bonne ; mais je ne suis pas en humeur de te dire des galanteries. »

Inquisition (DP, QE) , section II : « Louis de Paramo [inquisiteur du royaume de Sicile] remarque que les habitants de Sodome furent brûlés comme hérétiques, parce que la sodomie est une hérésie formelle. »

Jésuites ou Orgueil (QE) : « On ne chasse pas un ordre entier de France, d’Espagne, des Deux-Siciles, parce qu’il y a eu dans cet ordre un banqueroutier. Ce ne sont pas les fredaines du jésuite Guydot-Desfontaines, ni du jésuite Fréron, ni du révérend P. Marsy, lequel estropia par ses énormes talents un enfant charmant de la première noblesse du royaume [Le prince de Guemené. Voir, dans la Correspondance générale, la lettre de Voltaire à d’Alembert, du 10 mars 1765]. On ferma les yeux sur ces imitations grecques et latines d’Anacréon et d’Horace. »

Julien le philosophe (DP) : « Julien avait toutes les qualités de Trajan, hors le goût si longtemps pardonné aux Grecs et aux Romains. »

Langues (QE), section I : « Horace prodigue le futuo, le mentula, le cunnus. On inventa même les expressions honteuses de crissare, fellare, irrumarecevere, connilinguis. On les trouve trop souvent dans Catulle et dans Martial. Elles représentent des turpitudes à peine connues parmi nous : aussi n’avons-nous point de termes pour les rendre. […] Il n’y a point de langue qui puisse traduire certaines épigrammes de Martial, si chères aux empereurs Adrien et Lucius Verus. »

Médecin (QE) : « Tout homme riche [à Rome] eut chez lui des parfumeurs, des baigneurs, des gitons, et des médecins. »

Onan (QE) : « Nous avons promis à l’article Amour socratique de parler d’Onan et de l’onanisme, quoique cet onanisme n’ait rien de commun avec l’amour socratique, et qu’il soit plutôt un effet très désordonné de l’amour-propre. »

Oraison, prière publique, actions de grâce, etc. (QE) : « dans les maisons on chantait à table ses autres odes [d’Horace] pour le petit Ligurinus, pour Lyciscus, et pour d’autres petits fripons, lesquels n’inspiraient pas la plus grande dévotion ; mais il y a temps pour tout : pictoribus atque poetis. […] dans tous nos collèges nous avons passé à Horace ce que les maîtres de l’empire romain lui passaient sans difficulté. »

Ovide (QE) : « les vers où Horace prodigue tous les termes de la plus infâme prostitution, et le futuo, et le mentula, et le cunnus ? Il y propose indifféremment ou une fille lascive, ou un beau garçon qui renoue sa longue chevelure, ou une servante, ou un laquais: tout lui est égal. Il ne lui manque que la bestialité. »

Pétrone (QE) : « C'est dommage que ces vers ne soient pas faits pour une femme [...] Ce sont les vers d'un jeune homme dissolu qui célèbre ses plaisirs infâmes »

Philosophe (QE) : section II : « Si ces rois [Charles IX et Henri III] avaient été philosophes, l’un n’aurait pas été coupable de la Saint-Barthélemy; l’autre n’aurait pas fait des processions scandaleuses avec ses gitons, ne se serait pas réduit à la nécessité d’assassiner le duc de Guise et le cardinal son frère, et n’aurait pas été assassiné lui-même par un jeune jacobin, pour l’amour de Dieu et de la sainte Église. »

Quisquis (du) de Ramus ou La Ramée (QE) : « le procès criminel du malheureux Théophile [de Viau] n’eut sa source que dans quatre vers d’une ode que les jésuites Garasse et Voisin lui imputèrent [Voyez l’article Théophile, au chapitre Athéisme. (Note de Voltaire.)] » […] « De Larcher, ancien répétiteur du collège Mazarin. […] Il prétend que les jeunes Parisiens sont fort sujets à la sodomie; il cite pour son garant un auteur grec son favori. »

Rome, Cour de Rome (QE) : « Ce Jean XII, que l’empereur allemand Othon Ier fit déposer dans une espèce de concile, en 963, comme simoniaque, incestueux, sodomite, athée, et ayant fait pacte avec le diable ; ce Jean XII, dis-je, était le premier homme de l'Italie en qualité de patrice et de consul, avant d’être évêque de Rome ; et malgré tous ces titres, malgré le crédit de la fameuse Marozie sa mère, il n’y avait qu’une autorité très-contestée. »

Taxe (QE) : « Antoine Dupinet […] 1564, Taxes des parties casuelles de la boutique du pape […] si on demande seulement l’absolution du crime contre nature [homosexualité] ou de la bestialité, il n’en coûtera que trente-six tournois et neuf ducats. »

Tonnerre (QE), section I : « S’il était tombé sur Cartouche ou sur l’abbé Desfontaines, on n’aurait pas manqué de dire : Voilà comment Dieu punit les voleurs et les sodomites. Mais c’est un préjugé utile de faire craindre le Ciel aux pervers. »


Au total, on est bien loin de la condamnation « sans appel » lue par René Pomeau dans les écrits de Voltaire ; la réalité est plus nuancée ; à côté de réelles critiques, davantage d’ordre esthétique que moral, il y a beaucoup d’indulgence et d’amusement chez le philosophe de Ferney ; tout comme dans le Corydon d’André Gide, et à la différence de l’article contemporain « SODOMIE » de l’Encyclopédie (tome XV, 1765), la morale judéo-chrétienne n’est jamais invoquée ; Voltaire se situe dans le mouvement de laïcisation entrepris depuis la Renaissance. De plus, la fréquente référence à l’Antiquité et à ses vertus d’indifférence et de tolérance en dit long sur celles de Voltaire.


Enfin, la richesse du vocabulaire de notre auteur, pour évoquer ce sujet supposé tabou, est étonnante (voir Dictionnaire de l’homosexualité masculine, 1985, Appendices). La liberté d’expression étant restreinte, bien des auteurs, les plus courageux en tout cas, s’arrangeaient pour se faire lire « entre les lignes », ou pour mêler des points de vue contradictoires, ce que fit Diderot dans l’Entretien entre D’Alembert et Diderot (voir « Suite de l’entretien »), publié posthumement en 1830. David Hume aborda la question dans un "Dialogue", à la fin de l’Enquête sur les Principes de la Morale (1751). Voltaire, « grand seigneur de l’esprit » selon Nietzsche, se détache par l’étendue et la précision de son information, ainsi que par son sens critique.


2. RHLF, n°2, mars-avril 1986, pages 235-247 ; René Pomeau y rendait compte de l’ouvrage de Roger Peyrefitte Voltaire, sa jeunesse et son temps, Paris : Albin Michel, 1985.


Suite : Texte et notes













lundi 20 avril 2015

INDEX NIETZSCHE (11/16) : LA SEXUALITÉ



INDEX NIETZSCHE (2/16) : "DIEU", LA RELIGION

Pour Nietzsche et l'amour grec, cliquez ici.

Fragments posthumes, 1872-1877,
P I 20b, été 1872 – début 1873 : [11] : "L’instant de connaissance sans discernement vaut l’instinct sexuel aveugle – signes de vulgarité ! "

U III 1, été 1875 : le plaisir sensuel inférieur est régi par la loi du changement. Cf Molière, Don Juan, acte I, scène 2 : "Tout le plaisir de l'amour est dans le changement.")

N II 1, 1876 : l’illusion de l’instinct sexuel est périodiquement incurable

U II 5c, octobre-décembre 1876 : illusion de l’instinct sexuel : filet qui, déchiré, se ravaude toujours spontanément

Mp XIV 1b, 1876-1877 : grâce à Éros, deux êtres se donnent mutuellement du plaisir : quel aspect tout différent aurait sans lui ce monde d’envie, d’angoisse et de discorde !

Humain, trop humain (1878, 1886),
III, § 141 : les chrétiens ont engendré leurs enfants avec mauvaise conscience
IV, § 212 : la satisfaction du besoin entraîne une accalmie et une dépression momentanée de l’instinct
§ 214 : les hommes ont vu une divinité dans la pulsion aphrodisiaque.

Opinions et sentences mêlées (1879, 1886),
§ 95 : les êtres d’une sexualité sublimée ont trouvé ce qu’il leur fallait dans le christianisme

Le Voyageur et son ombre (1879, 1886),
§ 5 : mensonge qui parle de la procréation comme du but véritable de toute volupté.
§ 197 : " Fines pointes et fines dentelles— La médiocre fécondité, le célibat fréquent et, d'une manière générale, la froideur sexuelle des esprits les plus hauts et les plus cultivés, tout comme des classes dont ils font partie, sont chose essentielle dans l'économie de l'humanité ; la raison reconnaît et fait usage de ce qu'à un point extrême de l'évolution intellectuelle le danger d'une descendance nerveuse est très grand : de tels êtres sont les pointes fines de l'humanité, — ils ne doivent pas se prolonger en dentelles encore plus fines. " [Spitzen und Spitzchen. — Die geringere Fruchtbarkeit, die häufige Ehelosigkeit und überhaupt die geschlechtliche Kühle der höchsten und cultivirtesten Geister, sowie der zu ihnen gehörenden Classen, ist wesentlich in der Oekonomie der Menschheit; die Vernunft erkennt und macht Gebrauch davon, dass bei einem äussersten Puncte der geistigen Entwickelung die Gefahr einer nervösenNachkommenschaft sehr gross ist: solche Menschen sind Spitzen der Menschheit, — sie dürfen nicht weiter in Spitzchen auslaufen.]


Fragments posthumes, 1879-1880,
N IV 3, juillet-août 1879 : 42[16] : "Quand on se donne pleinement à un travail physique ou intellectuel, la pulsion sexuelle est très réduite. Une activité modérée est profitable sous un seul point de vue." [Bei körperlicher oder geistiger Vollarbeit ist der Geschlechtstrieb gering. Eine mäßige Arbeitsamkeit in Einer Hinsicht förderlich.] [Cf H. C. Varey, Lehrbuch der Volkswirtschaft und Sozialwissenschaft]

N V 2, printemps 1880 : les hommes violemment sensuels n’atteignent la pleine possession de leur puissance intellectuelle que dans le reflux apaisé de leurs nerfs : cela donne à leur production son caractère mélancolique.

M II 1, printemps 1880 : La nature utilise le cerveau pour rendre une fonction plus facile au bas-ventre, et inversement.

N V 4, automne 1880 : [7] : souvent un instinct est mal compris, interprété de travers, par ex. l’instinct sexuel, la faim, l’amour de la gloire.
[53] : l’excitation sexuelle croissante entretient une tension qui se libère en un sentiment de puissance : vouloir dominer – marque des hommes les plus sensuels
[55] : Il faut séparer l’excitation aphrodisiaque des conséquences de sa satisfaction pour la propagation de l’espèce : l’expression "pulsion sexuelle" renferme un préjugé.
[57] : le plaisir ressenti à s’abandonner est peut-être féminin – et les deux sexes sont capables des deux sortes de sentiments, avec une prédilection particulière pour l’un d’eux.
[141] : l’instinct sexuel n’a aucun rapport nécessaire avec la procréation
[145] : le désir sexuel n’a rien à voir avec la propagation de l’espèce !
[155] : l’instinct sexuel fait avancer l’individuation à grands pas : important pour ma morale, car il est antisocial et nie l’égalité universelle et l’égale valeur d’homme à homme. C’est le type de la passion individuelle, c’en est le grand éducateur
[164] l’instinct sexuel écarte les hommes des autres hommes, c’est un égoïsme furieux
[394] : l’amour de Dieu pour l’homme est une divagation de la pensée d’hommes menant une existence asexuée, une telle idée ne pouvait pas effleurer le monde antique.

N V 6, fin 1880 : [8] : le tourment du désir n’a rien en soi de si terrible quand on ne le tient pas pour quelque chose de mauvais.
[242] : Platon a décrit l’instinct de connaissance comme un instinct aphrodisiaque idéalisé.
[255] : une habitude très prolongée et très stricte finirait par fourvoyer l’instinct sexuel : car il est très loin de poursuivre une finalité inconsciente en faveur de la génération.

Aurore (1881, 1887),
I, § 76 : On ne rencontre pas si souvent des dispositions aussi bienveillantes ! diabolisation chrétienne d’Éros ; importance excessive accordée à l’histoire d’amour.
II, § 109 : six méthodes pour combattre sa violence [cf les cinq moyens de Rabelais, Tiers Livre, XXXI : vin pris intempéramment - certaines drogues et plantes - labeur assidu - fervente étude - l'acte vénérien) :
Éviter les occasions, implanter la règle dans l’instinct, provoquer la satiété et le dégoût, établir une liaison avec une idée torturante, la dislocation des forces, l’affaiblissement et l’épuisement général.

Fragment posthume, 1881,
M III 1, printemps-automne 1881 : [127] : Curieuse activité de l’intellect ! sous l’impulsion sexuelle une personne en convoite une autre en tant que le moyen de se débarrasser de sa semence ou de féconder l’ovule de l’éventuelle partenaire. C’est précisément cela qu’ignore l’intellect : il se demande : pourquoi cette convoitise ?

Le Gai Savoir (1882, 1887),
I, § 14 : c’est l’amour des sexes qui se trahit le plus nettement comme impulsion à posséder un bien propre
Cupidité et injustice sauvages de l’amour sexuel

Fragments posthumes, 1881-1885,
M III 1, printemps-automne 1881 : [124] : impulsion sexuelle susceptible d’une haute sublimation par l’intellect ; Platon entend que l’amour de la connaissance et de la philosophie serait une impulsion sexuelle sublimée [Banquet, 207-212 ; en fait, une impulsion homosexuelle sublimée]

M III 5, automne 1881 : [16] : les esprits supérieurs ne sont pas assez zélés dans les choses érotiques

M III 4a, automne 1881 : [46] : L’humanité se serait éteinte, si l’impulsion sexuelle n’avait un caractère aussi aveugle, imprudent, prompt, irréfléchi. En soi sa satisfaction n’est absolument pas liée à la propagation de l’espèce. Il est si indiciblement rare que le coït réponde à l’intention de la propagation !

Z I 1, automne 1882 : [1] : 275. Le niveau et la forme de la sexualité d’un être humain pénètrent son esprit jusqu’à son sommet.

Z I 2c, automne 1885 : [1] : croyance de Platon que même la philosophie serait une manière de sublime instinct sexuel et de reproduction.

Par-delà Bien et Mal (1886),
IV "Maximes et interludes", § 75 : "Dans un être humain, le degré et la nature de la sexualité se répercutent jusque dans les plus hautes régions de l’esprit."
§ 85 : "Les mêmes passions ne manquent pas d'avoir un rythme différent chez l'homme et chez la femme : c'est pourquoi, entre eux, les malentendus n'ont pas de fin." 
§ 114 : "L'attente de l'amour charnel, l'espoir disproportionné qu'elle fait naître et la pudeur dont elle s'entoure, faussent d'avance tout l'optique des femmes."
§ 120 : "La sensualité croît souvent plus vite que l'amour, de sorte que sa racine reste faible et s'arrache facilement."
§ 131 : "Les sexes se trompent l'un sur l'autre, ce qui fait que chacun n'aime et ne respecte au fond que lui-même (ou son propre idéal, pour le dire plus courtoisement). L'homme souhaite une femme paisible ; mais la femme, comme le chat, est essentiellement le contraire, si soigneusement se fût-elle exercée à se donner l'apparence d'une paisible."
§ 141 : "C'est la partie de son corps qui est au dessous de la ceinture qui fait que l'homme [der Mensch] ne se prend pas si facilement pour un dieu."
§ 144 : "Lorsqu'une femme montre du goût pour la science c'est ordinairement le signe que quelque chose cloche dans sa sexualité. La stérilité déjà prédispose à une certaine virilité du goût ; l'homme [der Mann] est en effet, révérence parler, "l'animal infécond". —
§ 145 : "Si on compare en gros l'homme et la femme, on peut dire que la femme n'aurait pas le génie de la parure si elle ne se savait d'instinct réservée au second rôle."
§ 153 : "Ce qui est fait par amour s'accomplit toujours par-delà bien et mal [Was aus Liebe getan wird, geschicht immer jenseits von Gut und Böse]."
§ 158 : "Le christianisme donna du poison à Éros : il n'en mourut pas, mais dégénéra en vice."

V 'Contribution à l'histoire naturelle de la morale", § 189 : "c’est justement au cours de l’ère chrétienne de l'Europe, et sous la pression des jugements de valeurs du christianisme, que la pulsion sexuelle s’est sublimée en amour, en amour-passion."

La Généalogie de la morale (1887),
III, § 8 : les rapports sexuels sont nuisibles dans les états de grande tension et de grande préparation intellectuelles.

Fragments posthumes, 1887-1888,
Mp XVII 3c, été 1887 : [1] : l’aspiration à l’art et à la beauté est une aspiration indirecte aux extases de l’instinct sexuel qui les transmet au cerebrum

W II 1, automne 1887 : [102] : la pulsion sexuelle, l’ivresse, la cruauté appartiennent à la plus ancienne allégresse de la FËTE chez les hommes.

W II 2, automne 1887 : [53] : Plus naturelle est notre haute société, celle des riches, des oisifs ; on se pourchasse les uns les autres, l’amour sexuel y est une sorte de sport auquel le mariage fournit l’obstacle et l’excitant : on se divertit et on ne vit que pour le plaisir.

W II 3, novembre 1887 – mars 1888 : [35] La sexualité, l’envie de dominer, le plaisir de l’apparence et de l’imposture, la grande et joyeuse reconnaissance à l’égard de la vie et de ses situations typiques  – voilà qui est essentiel dans le culte païen et qui a pour soi la bonne conscience

W II 5, printemps 1888 : [106] : Prescriptions pour le jeune théologien
[117] : Beyle [Stendhal] et Flaubert ont recommandé la chasteté aux artistes, dans l’intérêt de leur art.
[157] : la débauche ne peut être reprochée qu’à celui qui n’y a pas droit ; et presque toutes les passions ont mauvaise réputation à cause de ceux qui ne sont pas assez forts pour les tourner à leur avantage

Fragments posthumes, octobre 1888 : [2] : C’est une seule et même énergie que l’on dépense dans la conception artistique et dans l’acte sexuel : il n’y a qu’une espèce d’énergie. Succomber en cela, se gaspiller en cela, c’est, pour un artiste, une trahison. [cité par André Gide]

W II 9c, octobre-novembre 1888 : [1] 9. : Il a fallu le christianisme pour faire de la sexualité une saleté.


L’Antéchrist (1888, 1895),
Loi …, article 4 : "Prêcher la chasteté est une incitation publique à la contre-nature.  Mépriser la vie sexuelle, la souiller par la notion d’ « impur », est le vrai péché contre l’esprit sain de la vie."

Le Crépuscule des Idoles (1889),
"Divagations d’un ‘inactuel’", § 22 : thèse de Platon : toute beauté excite à la procréation
"Ce que je dois aux Anciens", § 4 : le symbole sexuel était pour les Grecs le symbole vénérable en soi, le vrai sens caché dans toute la piété de l’Antiquité.
Le christianisme en a fait quelque chose d’impur.

Ecce Homo (1908),
"Pourquoi j'écris de si bons livres" § 5 : « A-t-on su entendre ma définition de l'amour ? C'est la seule qui soit digne d'un philosophe. L'amour — dans ses moyens, la guerre ; dans son principe, la haine mortelle des sexes ... A-t-on entendu ma réponse à la question : comment guérir, "sauver" une femme ? Lui faire un enfant. La femme a besoin d'enfants, l'homme n'est jamais qu'un moyen : ainsi parlait Zarathoustra. »

"Pourquoi je suis un destin", § 7 : on enseigne encore à ressentir la condition première de la vie, la sexualité, comme quelque chose d’impur.