Affichage des articles dont le libellé est Albert le Grand. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Albert le Grand. Afficher tous les articles

mercredi 29 juillet 2015

L'HOMOSEXUALITÉ DANS LES TEXTES D'AUGUSTIN, GRÉGOIRE LE GRAND, PIERRE DAMIEN, ALBERT LE GRAND ET THOMAS D'AQUIN

Voir aussi

LA BIBLE ET L'HOMOSEXUALITÉ MASCULINE (avec Conciles et Pénitentiels)


A /
B/ Appendice sur le vice étranger.



A/ AUGUSTIN D'HIPPONE (Thagaste, 354/ Hippone 430), théologien chrétien et Père de l'Église l'originaire de Numidie, inspirateur du jansénisme,


Augustin dans sa cellule,
fresque, Sandro Boticelli, 1480

Cité de Dieu, Desclée de Brouwer ; Loeb Classical Library ; Patrologia Latina, volume 40,

IV, xxv : on dit que Jupiter fut le ravisseur et l'amateur impudique d'un beau garçon [Ganymède].

VI, vii : ce qu'ils perpètrent dans l'ombre, ces coupés et ces invertis [molles], c'est leur affaire ! ; x : on a castré certains pour les plaisirs libidineux des rois [cité par Montaigne].

VII, xxvi : invertis [molles] consacrés à la Grande Mère [Cybèle] ; Jupiter n'a déshonoré le ciel que par l'affaire de Ganymède.

XIV, xviii : actes infâmes qui cherchent les ténèbres pour échapper à la justice humaine.

XVI, xxx : à Sodome, le stupre entre mâles était devenu aussi commun que d'autres actions autorisées par la loi [cité par Jordan].

XVIII, xiii : l'enlèvement pour le stupre de Ganymède est un crime du roi Tantale [père de Pélops] que la fable attribue à Jupiter [d'après Varron ; cf Eusèbe, Chronique].

Confessions, Collection Budé ; Desclée de Brouwer ; Folio classique ; Gallimard, collection "Bibliothèque de la Pléiade" ; Flammarion, collection GF ; Loeb Classical Library :

II, 1 : amours changeantes et ténébreuses.
III, 1 : chaudière des amours honteuses.
III, 8 : les débauches [flagitia] contre nature doivent être punies, comme le furent les Sodomites, même si tous les peuples les commettaient [cité par Gratien, Vincent de Beauvais et Thomas d'Aquin].

Contre le mensonge, Desclée de Brouwer :
IX, 20 : horreur éprouvée pour le crime machiné par les Sodomites ;
XVII, 34 : à Sodome, il y avait des mâles brûlant d'assouvir leur infâme désir sur d'autres mâles.

Doctrine chrétienne, Desclée de Brouwer :
III, x, 16 : flagitium : acte commis pour corrompre l'âme et son corps, par une cupidité indomptée [cf Concile de Paris]

Les Noces et la concupiscence, Desclée de Brouwer :
II, 19-20 : cite Paul, Romains ; commerce infâme d'homme à homme où l'on délaisse l'usage naturel.

Questions sur le Genèse : Desclée de Brouwer, Patrologia Latina, volume 40, colonne 559 : XLI, XLII.


pseudo-AUGUSTIN (IVe/Ve siècles),

[76] Sermons adressés aux frères du désert, traduction XIXe siècle :
XXXI : Si les Sodomites avaient fermé les yeux, ils n'auraient point vu les jeunes gens, et n'auraient pas péri.
XLVII : profonde horreur du péché des Sodomites ; crime honteux que des mâles commettent avec d'autres mâles ; des hommes rejetant l'alliance des deux sexes qui est selon la nature ont été embrasés d'un désir brutal [animal] les uns envers les autres, l'homme commettant avec l'homme une infamie détestable ; un membre du Christ sert de putain ; fuyez les sodomites comme la mort ; et ceux qui couchent avec des garçons [puerorum concubitores].


GRÉGOIRE Ier dit GRÉGOIRE LE GRAND (Rome, vers 540 / Rome, 604), écrivain ecclésiastique, pape en 590,

Dialogues : Patrologia Latina, volume 77 ; Sources chrétiennes :
IV, 37 : Genèse, XIX ; les Sodomites avaient brûlé d'un amour illicite ; peine de mort par le feu et le soufre.

Lettres : Patrologia Latina, volume 77  ; Monumenta Germanica Historica  ; édition 1982 :
X, iii, 4 : lettre à Sabinus de sept.-oct. 599 : entaché de ce crime de sodomie [sodomiae illum scelere maculatum ; le texte de Monumenta Germanica Historica porte sodomitae, de sodomite ; cité par A. Blaise et Jordan].

Morales sur Job : Patrologia Latina, volume 75 ; Sources chrétiennes (incomplet)
VI, xxii : Sodomites dans la maison de Lot.
XIV, xix, 23 : c'est pour s'être embrasés des désirs pervers venus d'une chair fétide que les Sodomites ont mérité de périr à la fois par le feu et par le soufre [Genèse, XIX].

Règles pastorales : Patrologia Latina 77  ; Sources chrétiennes :

III, 27 : fuir de Sodome en flammes, c’est refuser les feux illicites de la chair [cité par Jordan] ; 31.


PIERRE DAMIEN (Ravenn, vers 1007 / Faenza, 1072), ermite italien puis cardinal et réformateur de l'Église,

Livre de Gomorrhe [Liber Gomorrhianus, lettre 31, adressée au pape Léon IX, vers 1051], Patrologia Latina, volume 145 ; traduction anglaise 1982 :

Préface : le vice contre nature se répand comme un cancer.

I : quadruplicité du péché contre nature : sur soi-même, avec la main d'un autre, entre les cuisses, dans le postérieur [cf  Pénitentiel du Synode...].
IV : cite Paul, 1ère à Timothée.
V : cite Paul, Romains, et Genèse, XIX.
VI : tomber dans un désir honteux me semble plus tolérable avec un animal qu’avec un mâle.
VII : les prêtres coupables se confessent les uns aux autres.
XIII : ceux qui se mêlent au bétail ou qui sont pollués avec des mâles : citation du canon 16 du concile d’Ancyre [314].
XIV : cite le canon 17 du concile d’Ancyre [314] ; contre la loi de la nature et l'ordre de la raison ; quand un mâle se précipite sur un mâle pour commettre une impureté, ce n'est pas un désir naturel de la chair, mais une impulsion diabolique.
XV : clercs ou moines séducteurs de mâles.
XVI : apporte la mort du corps et l'extinction de la lumière de l'esprit ; chasse la vérité de l'esprit et le dirige vers l'erreur [cité par John Boswell].
XXV : si le blasphème est le pire, je ne vois pas en quoi la sodomie [sodomia] est meilleure [cité par Jordan ; première apparition connue du terme sodomia].


ALBERT LE GRAND (avant 1200, possiblement en 1193 en Bavière / Coogne, 1280),  dominicain, théologien et philosophe allemand (Docteur universel), premier interprète scolastique d'Aistote, eut Thomas d'Aquin comme élève à Paris et à Cologne,

Commentaire de Luc [Opera omnia, 1895, tome 23] :
XVII, 29 : cite Genèse XIII et XIX ; quatre choses sont détestables dans ce péché [cité par J. Boswell] ; son ardeur, qui renverse l'ordre de la nature ; cite Paul, Romains ; sa puanteur, qui monte , ce vice abominable est plus répandu chez les grands que chez les humbles [contredit Salvien et Hildebert de Lavardin] ; son adhérence : ceux qui en sont atteints ne peuvent presque jamais s'en délivrer ; cite Genèse XIV, 10 : "la vallée était pleine de puits de bitume" ; quarto, c'est une maladie [morbus] contagieuse qui passe de l'un à l'autre ; cite Genèse, XIX, 17. : "ne t'arrête nulle part dans la région, sauve-toi à la montagne" [pour échapper à la contagion].

Somme théologique [Opera omnia, 1895, tome 33] :
XVIII, question 122 : examen de divers péchés : fornication, adultère, stupre, prostitution, sacrilège, inceste, sodomie ; la sodomie [sodomia]  est péché contre nature, de mâle avec mâle ou de femme avec femme [cité par John Boswell] ; cite Paul, Romains, I, 26-27 ; péché maximum car contre la grâce, la raison et la nature.


THOMAS D'AQUIN (Aquino, 1227 / abbaye de Fossanova, 1274), dominicain, Docteur angélique, élève d'Albert le Grand,

Somme théologique, Desclée de Brouwer :

Ia-IIae, Le plaisir, question 31, article 7 :

IIa-IIae, La religion, question 94, article 3 : le péché contre nature est le châtiment du péché d'idolâtrie.

La tempérance, question 142, article 4 : les vices qui sortent de la nature semblent se réduire au genre de l'intempérance, comme lorsque quelqu'un trouve du plaisir dans des rapports avec les mâles ;

question 154, article 11 : troisième manière du vice contre nature : lorsque l'on a des rapports sexuels avec le sexe non complémentaire [non debitum], par exemple homme avec homme ou femme avec femme ; ce qu'on appelle vice sodomitique ;
article 12 : cite Augustin : la luxure la plus grave est celle qui est contre nature ; le péché le plus grave est la bestialité ; après vient le vice sodomitique, où l'on ne se sert pas du sexe requis [debitus] ; après c'est le péché de celui qui n'observe pas la manière requise pour l'union charnelle.


B / VICE D'ALTÉRITÉ, VICE ÉTRANGER
Sur les Sodomites (habitants de Sodome, aujourd'hui Sedom) : quasiment tous les auteurs chrétiens.
Sur les Celtes : Aristote, Diodore de Sicile, Strabon et Athénée, .
Sur les Germains : Tacite, Sextus Empiricus, Ammien Marcellin, Procope.
Sur les Gaulois : Eusèbe de Césarée.
Sur les Perses : Hérodote, Xénophon d'Athènes, Plutarque et Sextus Empiricus ; mais opinion contraire d'Ammien Marcellin.
Sur les Crétois : Aristote, Athénée, Cornélius Népos, Élien, Maxime de Tyr, Platon, Plutarque, Servius, Sextus
Empiricus, Strabon et Timée.

Sur les Grecs, du point de vue des Romains : Cicéron, Cornélius Népos, Pline l'Ancien, Pline le Jeune (Ces petits Grecs ...) et Sénèque le Jeune.

Sur les Massaliotes (habitants de Massalia, aujuourd'hui Marseille) : Plaute, Athénée.

Sur les Païens, du point de vue des Chrétiens : Aristide, Athanase d'Alexandrie, Augustin, Clément d'Alexandrie, Cyprien de Carthage, Eusèbe de Césarée, Justin, Lactance, Firmicus Maternus, Minucius Felix, Orose, Salvien, Tatien, Tertullien.

Sur les Normands et Français : l'anglais Giraldus de Cambrie.

Sur les Auvergnats : Raoul Glaber.

Toute l'Antiquité se trouve aujourd'hui dotée d'une forte image homosexuelle. Depuis, dénonciations protestantes des vices des "bougres" catholiques aux XVIe et XVIIe siècles. Stigmatisations nationalistes du "vice italien" au XVIe siècle, du "vice arabe" au XIXe siècle, du "vice allemand" par des Français aux alentours de 1900, et à la Libération (1945-1946), du "vice anglo-saxon" par Édith Cresson, avant qu'elle soit premier ministre, en 1991.